Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES : LE RASSEMBLEMENT NATIONAL EN FORCE DANS L’OISE

Au soir d’un premier tour de scrutin marqué, une nouvelle fois, par un fort taux d’abstention, le parti d’extrême droite va maintenir six candidats sur les sept circonscriptions de l’Oise au second tour et peut espérer envoyer des représentants au Palais-Bourbon. Deux députés sortants - Agnès Thill (UDI) et Pascal Bois (Ensemble !) - sont d’ores et déjà éliminés.

À chaque soirée électorale, l’ancrage du Rassemblement national (RN) se confirme, un peu plus, dans le département de l’Oise. Lors du second tour de l’élection présidentielle, Marine Le Pen avait terminé devant le Président de la République, Emmanuel Macron, avec plus de 52 % des voix.

Au premier tour des élections législatives, le parti « frontiste » est arrivé en tête dans quatre circonscriptions sur sept et sera présent au second tour dans six d’entre elles. Dans la septième circonscription (Clermont, Creil, Nogent-sur-Oise), le duel opposera, en effet, Loïc Pen (Nupes) à Maxime Minot (Les Républicains).

Dans la deuxième circonscription, l’ex-journaliste Philippe Ballard (34,92 %) a précédé de plus de 5.000 voix la candidate de la majorité présidentielle Chanez Herbanne (21,53 %). La députée sortante, Agnès Thill (8,57 %) n’a pas réussi à se qualifier. Dans la troisième circonscription, Alexandra Sabatou (30,14 %) a largement devancé la candidate de la Nupes, Valérie Labatut (26,13 %).

Arrivé troisième, le député sortant, Pascal Bois (21,41 %), ne pourra se maintenir lors du second tour. Dans la cinquième et la sixième circonscription, les candidats RN – Myriam Lamzoudi et Michel Guiniot – se sont eux aussi imposés. Néanmoins, Pierre Vatin (LR) et la députée sortante, Carole Bureau-Bonnard, devraient bénéficier du report des voix.

Woerth en résistance

Avec 32 % des suffrages, Victor Habert-Dassault (LR) – « héritier » de la famille Dassault dans la première circonscription – devra batailler ferme face à David Magnier (RN) lors d’un second tour plus indécis que prévu. Il devra compter sur les voix des électeurs de la Nupes et de la majorité présidentielle pour éviter de voir tomber le Beauvaisis dans l’escarcelle de l’extrême droite.

Malgré un ralliement tumultueux au Président de la République, l’ancien ministre du Budget et des comptes publics de Nicolas Sarkozy, Éric Woerth, est en passe de réussir son pari dans la quatrième circonscription. Il a enregistré 27 % des voix devant la candidate RN, Audrey Havez (25,15 %). Sauf surprise, il devrait reconduire son bail à l’Assemblée nationale.

Crédit photos : Laurence Soulez – GettyImages.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet