Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

AGRICULTURE : EN SEINE-ET-MARNE, LA FILIÈRE BETTERAVIÈRE EST À LA PEINE

En 2020, rien ne leur a été épargné. Si de nombreux agriculteurs ont subi de plein fouet la crise sanitaire liée à la Covid-19, et en particulier ceux qui dépendent du secteur de la restauration, les producteurs de la filière betteravière ont dû faire face, aussi, à un virus qui se propage, lui, directement sur […]

En 2020, rien ne leur a été épargné. Si de nombreux agriculteurs ont subi de plein fouet la crise sanitaire liée à la Covid-19, et en particulier ceux qui dépendent du secteur de la restauration, les producteurs de la filière betteravière ont dû faire face, aussi, à un virus qui se propage, lui, directement sur leurs récoltes : la jaunisse, transmise par les pucerons. « Cette maladie peut entrainer des pertes de rendements, pouvant atteindre entre 30 et 50% », explique le ministère de l’Agriculture. « Cette crise de la jaunisse fragilise l’ensemble du secteur sucrier et crée le risque d’un abandon massif de la betterave en 2021 par les agriculteurs au profit d’autres cultures. » À cela est venu se greffer l’imbroglio autour de l’utilisation des néonicotinoïdes dont la filière se serait bien passée…

En Seine-et-Marne, premier département agricole d’Île-de-France avec 336.000 hectares de terres cultivées, les producteurs de betteraves à sucre ont connu une baisse de rendement de l’ordre de 30 tonnes à l’hectare. Une situation critique, notamment pour les jeunes agriculteurs qui, selon le conseil départemental de Seine-et-Marne, seraient une soixantaine à produire des betteraves, « avec une part de cette culture dans leur surface agricole utilisée comprise entre cinq et 32 % ».

Afin de venir soutenir cette filière qui représente une part non négligeable dans l’activité économique du territoire, le conseil départemental a mis en place des aides économiques exceptionnelles pour les jeunes exploitants. « Cette subvention est accordée aux exploitations de moins de trois ans (la date d’installation doit être postérieure au 1er janvier 2017), dont la production est impactée par la mauvaise récolte de 2020. »

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet