Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

AISNE : FERMETURE DE CLASSES À LA FERTÉ-MILON, JACQUES KRABAL INTERVIENT

La décision du rectorat d’Amiens de fermer, à la rentrée prochaine, une classe de CAP agricole métiers de l’agriculture (CAPa Mag) ainsi qu’un groupe de première année de CAP fleuriste au lycée des métiers Château-Potel, à la suite d’une baisse des effectifs, sème le trouble à La Ferté-Milon. La municipalité et les enseignants craignent qu’à […]

La décision du rectorat d’Amiens de fermer, à la rentrée prochaine, une classe de CAP agricole métiers de l’agriculture (CAPa Mag) ainsi qu’un groupe de première année de CAP fleuriste au lycée des métiers Château-Potel, à la suite d’une baisse des effectifs, sème le trouble à La Ferté-Milon. La municipalité et les enseignants craignent qu’à terme, l’ensemble de la filière horticole soit remis en cause. Le député de la cinquième circonscription, Jacques Krabal, s’en est d’ailleurs inquiété auprès de Julien Denormandie, le ministre de l’Agriculture.

« Les enseignants sont très investis dans les formations quils dispensent à travers une pédagogie adaptée, ce qui leur permet daccueillir un public très diversifié dont des élèves de milieu défavorisé, souvent en échec ou en décrochage scolaire. Ils ont mis en place le dispositif Ulis (Unité localisée pour linclusion scolaire) pour accueillir et aider ce public et cela savère très efficace », rappelle le parlementaire. « Les résultats aux examens sont de 100% de réussite pour les CAPa Mag et pour le CAP fleuriste. »

« Par ailleurs, la région investit dans lamélioration des serres, dont la valeur est estimée à trois millions d’euros (les travaux programmés en février s’élèvent à 22.500 euros). Si la section venait à fermer, les serres deviendraient vite inexploitables, ce qui serait un contresens. Tout le milieu de l’établissement souffrirait de ce manque (disparition du marché aux fleurs, plus aucune interaction entre les sections paysagistes et horticoles…) », déplore Jacques Krabal. 

Alors que la restauration du château de Villers-Cotterêts vient de débuter pour accueillir la future Cité internationale de la langue française, l’élu axonais souhaite que le lycée des métiers de La Ferté-Milon y soit étroitement associé pour les extérieurs. « Laménagement du parc et du jardin de ce château en cours de réhabilitation par la volonté du Président de la République, pourrait donner lieu à un partenariat stratégique avec le lycée Château-Potel. » 

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet

OISE

BEAUVAIS : CAROLINE CAYEUX ENTRE DANS LE NOUVEAU GOUVERNEMENT

POLITIQUE

Celle qui tient les rênes de la mairie de Beauvais depuis 2001, et s’est récemment rapprochée de la majorité présidentielle, a été nommée ministre chargée des Collectivités territoriales sous la double tutelle du ministre de l’Intérieur et des outre-mer, Gérald Darmanin, et du ministre de la Transition écologique et de la cohésion des territoires, Christophe Béchu.

Sa nomination à un portefeuille ministériel était attendue. Elle est, à présent, confirmée. Caroline Cayeux a été appelée par Élisabeth Borne pour occuper le poste de ministre déléguée chargée des Collectivités territoriales au Gouvernement. Elle succède, en partie, à Amélie de Montchalin, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, battue lors des dernières élections législatives dans la sixième circonscription de l’Essonne.
Engagée depuis près de 40 ans au Rassemblement pour la République (RPR), à l’Union pour un mouvement populaire (UMP), puis chez les Républicains (LR), cette femme de droite proche de François Fillon faisait partie des 600 élus locaux à appeler à la réélection d’Emmanuel Macron, fin 2021. Conseillère régionale de Picardie de 2004 à 2011, puis sénatrice de l’Oise jusqu’en 2017, Caroline Cayeux n’avait encore jamais occupé de responsabilités ministérielles.

Réélue au premier tour

Élue en 2001 à la mairie de Beauvais, cette enseignante de formation a succédé au socialiste Walter Amsallem et a été régulièrement reconduite par les électeurs jusqu’à obtenir la majorité dès le premier tour lors des élections municipales de 2020. Elle préside, par ailleurs, depuis cette même année, l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT).
« Extrêmement honorée d’être nommée ministre déléguée aux collectivités territoriales. Cette marque de confiance m’honore et m’oblige. Je sais la richesse que sont nos territoires pour notre pays. Je les défendrai sans relâche, au service des habitants et des élus locaux », a-t-elle déclaré sur son compte Twitter.

Elle retrouvera au Gouvernement une autre personnalité de l’Oise, Isabelle Rome, qui a été confirmée au poste de ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances.