Tandis que la Région des Hauts-de-France débloque plus d’un milliard d’euros pour faire face à la crise économique et sociale, les intercommunalités de l’Aisne se sont mobilisées, en amont, pour soutenir les entreprises en difficulté.

Frapper vite et fort. Réunis en séance plénière, le 30 juin dernier, les conseillers régionaux ont dévoilé un vaste plan de relance doté d’une enveloppe de 1,3 milliard d’euros pour soutenir l’économie des Hauts-de-France. Objectifs : protéger les entreprises fragilisées par la crise et accélérer la reprise. « C’est une course de vitesse, soulignait, Xavier Bertrand, le président du conseil régional, lors de la présentation de ce plan. Nous ne pourrons pas empêcher le chômage d’augmenter dans les mois qui viennent, mais nous pouvons amortir le choc et aider les entreprises à mieux rebondir. Quand je parle d’entreprises, j’inclus tout le monde : les entrepreneurs et les salariés, mais aussi les indépendants et les auto-entrepreneurs, et bien sûr les jeunes qui arrivent sur le marché de l’emploi. »
Une semaine plus tard, à Beauvais dans l’Oise, l’ex-ministre du Travail défendait devant les acteurs économiques la phase opérationnelle : programme d’investissements, simplification administrative des démarches, délais de règlement raccourcis pour la commande publique…

« Si en effet les mesures adoptées par la Région s’appuient sur les investissements, ces derniers ne concernent pas que les grandes entreprises ou les groupes, précisait Xavier Bertrand, mais aussi les commerçants et les artisans pour qui deux mois d’inactivité, comme on l’a vu pendant le confinement, signifient aussi aucun revenu. Nous les soutenons. »

Les communautés de communes mobilisées en amont

Si l’assemblée départementale ne dispose pas de compétences économiques directes — le Président du conseil départemental de l’Aisne, Nicolas Fricoteaux, a cependant réaffirmé l’engagement de la collectivité contre les conséquences de la crise —, plusieurs intercommunalités axonaises ont mis en place des dispositifs d’aide aux TPE et aux PME impactées.
La communauté de communes du Pays du Vermandois a, par exemple, rapidement créé un fonds de solidarité pour les entreprises du territoire. Cette aide directe à destination des très petites entreprises employant mois de cinq salariés permettait jusqu’au 15 juillet, l’octroi d’une somme allant de 500 à 1 500 euros, sous conditions.
Un dispositif similaire a été initié par la communauté de communes du Val de l’Oise. Sous forme de subventions, cette aide directe au soutien des TPE de moins cinq salariés, éligible jusqu’au 31 juillet, attribue jusqu’à 1 500 euros aux entreprises ne bénéficiant pas du fonds de solidarité national.

(Visited 193 990 times, 1 147 visits today)

Vous souhaitez devenir contributeur ?
Contactez-nous: redaction@lemediaa.com

Close
dolor. ipsum ut ut at eget quis, accumsan Lorem libero. dapibus ultricies
0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez