Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

ALERTE EN MARTINIQUE : L’ÉPIDÉMIE REPART FORTEMENT À LA HAUSSE APRÈS LE CARNAVAL

Après une baisse prolongée et accentuée du nombre de contaminations, celui-ci remonte rapidement ces jours-ci. D’après les autorités de santé, il est plus que probable que ce soit lié au relâchement consécutif à la période du carnaval.

Les dernières données, communiquées ce mardi 8 mars par l’ARS (Agence régionale de santé), sont inquiétantes. Durant la semaine du 28 février au 6 mars, 7 334 nouveaux cas de covid ont été enregistrés, soit le double de la semaine précédente. Quasiment tous sont dus au variant Omicron. Le taux d’incidence est de ce fait remonté à 2 044 nouveaux cas pour 100 000 habitants. L’augmentation de cet indicateur est considérable, elle frôle les 130 %.

Le taux de positivité (mesurant la proportion de tests positifs sur ceux effectués en une semaine) est lui aussi, c’est logique, en très forte hausse. Il a bondi à 23,8 %. La semaine précédente il était à 11,1 %, soit moins de la moitié.

Le nombre des hospitalisations, lui, demeure assez stable, avec 48 patients covid pris en charge, et 11en soins critiques (réanimation et soins intensifs). Il n’est pas encore affecté par ce rebond épidémique, mais cela ne saurait tarder. Les facteurs de comorbidité, souvent présents aux Antilles, entraînent une aggravation des cas et une pression supplémentaire sur les services hospitaliers.

Les tests vivement conseillés 

Pour faire face à a cette nouvelle flambée, les autorités ne peuvent guère compter sur le taux de vaccination de la population qui demeure assez faible. Le taux de vaccination n’augmente plus guère. Pour l’heure, il s’établit à 44,6 % de la population âgée de 12 ans et plus. Le pourcentage de ceux qui ont eu une dose de rappel n’atteint pas les 26 %. 

Dans ce contexte, l’ARS conseille vivement aux Martiniquais de se faire tester aussi souvent que nécessaire. « Il est nécessaire de détecter toute nouvelle contamination rapidement, précise-t-elle, afin que les personnes porteuses du virus s’isolent et ne contaminent pas leur entourage. »

Dans la situation actuelle, les tests demeurent gratuits « jusqu’à nouvel ordre » dans les DOM, selon le site de la Sécurité sociale.

Polémique à venir

Les raisons du rebond sont évidentes pour tous les observateurs : il est dû au relâchement de la période du carnaval. L’ARS explique un peu rapidement que c’est dû aux « vidés ». Mais on peut aussi dire que l’incitation est venue de l’autorisation donnée aux groupes de défiler en ville et même, pour finir, en centre-ville. Il aurait peut-être été moins gai mais plus sage de circonscrire les festivités, de limiter les contacts et de tempérer l’enthousiasme.

Si cette nouvelle flambée s’éteint rapidement et fait peu de victimes, on l’oubliera vite. Dans le cas contraire, on ne manquera pas de chercher et de désigner des responsables.

Crédit photos: MesquitaFMS – GettyImages.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet