Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

ALEXIA GOURLIN, COACH PARENTAL, SPÉCIALISTE HPE-HPI

Le haut-potentiel n'est pas nécessairement un petit génie qui est bon en tout, la haute-potentialité est un fonctionnement différent.

Haut-potentiel, zèbre, surdoué, ces mots ont la même signification mais ont été utilisés à différents moments. La haute-potentialité, c’est une couleur dans le tempérament de la personne ou de l’enfant et cela vient colorer plus ou moins certaines situations, fonctions, approches et manières de réfléchir. Personne n’a la même couleur au même moment.

Le sujet de la haute-potentialité est de plus en plus désacralisé mais cela ne veut pas dire pour autant qu’il est pris en considération à sa juste valeur. Aujourd’hui, il y a environ 2 à 3% de la population qui est officiellement reconnu « haut potentiel ».

Pour les enfants, c’est l’éducation nationale et le corps enseignant qui entrent en jeu car les parents, manquant parfois d’objectivité, ne se rendent pas forcément compte de l’hypersensibilité de leur enfant, même en évoluant à ses côtés. Dans le cas des frateries, la notion d’HP est plus facilement repérable.

Le curseur de l’éducation nationale est l’apprentissage de la lecture de façon complètement autonome à l’entrée du CP mais c’est à peu près tout ce qui est pris en compte dans la notion d’hypersensibilité, ce qui exclut pas mal de choses.

Les curseurs à prendre en compte peuvent aussi être ceux-ci:

  • avoir un enfant décrocheur,
  • avoir un enfant perturbateur,
  • avoir un enfant qui n’a pas d’appétence scolaire.

L’hypersensibilité va de pair avec les émotions, mais on peut être hypersensible sans être haut potentiel. Pour un enfant, il ne suffit pas d’être premier de sa classe pour être haut-potentiel. Les curseurs sont souvent mal placés, ce qui fait que l’on se retrouve avec des enfants en grande difficulté, émotionnelle et sociale, sans forcément penser « hypersensibilité ».

Mon métier consiste à ramener les curseurs à leur place, et avec toutes les possibilités que l’on peut avoir en fonction de chaque personnalité. Il y a encore beaucoup de barrières à faire bouger et à faire évoluer au niveau de l’école.

Les parents qui viennent à moi pour leurs enfants, sont souvent des parents qui ont déjà fait appel à d’autres spécialistes: psychologues, psychiatres, etc… car pour eux, le référent c’est vraiment quelqu’un en blouse blanche. Le premier référent étant le médecin de famille, le généraliste.

L’hypersensibilité est souvent confondu avec la sensibilité, ce qui est très différent en terme d’intensité.

Chez l’hypersensible, on retrouve différents curseurs à prendre en compte: hyperesthésie, certains sens très exacerbés, supporter difficilement les étiquettes sur les vêtements, certaines odeurs très fortes, ou même certaines textures de nourriture aussi. On peut également avoir des matières qui soient très réconfortantes, qu’on aime avoir sur soi comme le coton ou la laine, on peut aussi être dans des situations où les larmes vont monter alors qu’on parle simplement avec son boucher par exemple, l’hypersensible fait face à ce genre de situations. L’empathie et le sens de la justice font partie intégrante des curseurs, les formes de haut-potentiel sont très vastes.

Il n’y a pas que le curseur de l’école qui peut être alertant, dans le cas d’un enfant, on peut aussi prendre en compte :

  • Pensée en arborescence/ non-linéaire,
  • Regards intenses, éveil exacerbé, sens du détails,
  • Besoin de ritualiser notamment au coucher et au moments des repas,
  • Verbalisation/motricité de l’enfant assez tôt,
  • Les terreurs nocturnes,
  • Réveils et somnambulisme,
  • Crises d’angoisse au coucher,
  • Questionnement sur la mort, la vie,
  • Appétence pour les insectes, les étoiles, les dinosaures, l’infinité de l’univers,
  • Sujets obsessionnels évoqués de manière récurrente et de façon profonde, etc.

La seule façon d’officialiser la haute-potentialité est de réaliser un test via des psychologues avérés et attestés. La traduction du test et les ressentis verbales et non-verbales pendant le test sont aussi à prendre en compte afin d’éviter tout parasite, que ce soit des bruits ou la présence des parents. Le test doit être réalisé en accord avec la famille et la personnalité de l’enfant. La restitution joue aussi un rôle majeur dans la compréhension de la haute-potentialité de l’enfant.

Quand on agit avec son coeur, on n’agit pas de la même façon qu’avec sa raison et son recul. Là où est toute la difficulté est de réagir aussi bien avec les familles que je reçois qu’avec mon fils. Mon métier consiste à aider l’enfant à mieux se connaître pour justement identifier ses « super-pouvoirs » et en faire une force, et ainsi travailler la confiance et l’estime de soi. Chez le haut-potentiel, l’âge est un âge moyen, par exemple, un enfant de 10 ans peut avoir la réflexion très poussée d’un enfant de 15 ans et plus avec un échange musclé et des convictions très fortes sur un sujet qui le passionne et, a contrario, au moment du coucher ce même petit garçon de 10 ans va avoir le comportement d’un enfant de 6 ans avec un besoin d’affection très fort et des angoisses très infantiles, là est toute l’ambivalence du HP et l’incompréhension des parents. J’aide donc l’enfant a être dans l’acceptation avant l’adolescence.

Quand un enfant vient me voir en séance avec ses parents, j’étudie aussi tout le microcosme de la famille; quand je reçois des enfants en séance, je dis toujours que ce n’est pas l’enfant que je reçois uniquement, c’est l’ensemble de la famille, l’entité complète. Les séances vont faire évoluer certaines choses chez l’enfant, il faut donc que la famille toute entière soit prête pour ces changements.

J’invite les parents à changer leur regard sur les choses, à détailler le quotidien différemment, à repenser les émotions envahissantes de leur enfant. Je peux également proposer des séances de sophrologie pour les enfants, pour l’amener à se reconnecter à son corps et comprendre ce qui se passe avant que l’émotion sorte, dans les faits, et ainsi l’aider à mettre des mots sur son ressenti et à conscientiser davantage pour le guider à gérer son trop plein d’émotions.

Les séances sont rythmées par l’échange, l’écoute, l’enthousiasme, la bienveillance et le non jugement. @Alexia Gourlin

J’ai une approche très intime des familles, c’est une belle mission qui me tient très à coeur ! J’aide les parents à avoir la meilleure approche possible pour leur(s) enfant(s).

Prendre pour RDV: https://www.facebook.com/CentreRenaissanceReims
Du lundi au vendredi de 8h à 22h sur rendez-vous.
Facebook: https://www.facebook.com/Alexia-G-Psychopraticienne-Coach-Parental-101521121259413/
Instagram: https://www.instagram.com/alexia_psychopraticienne/

Alexia Gourlin, coach parental, et psychopraticienne, spécialiste HPE-HPI.

Crédit photos: Fizkes- Shutterstock.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet

MARNE

PRÊT-À-PORTER : FUTUR RADIEUX ET MAGASIN LIBRE LANCENT LEUR GAMME DE TEXTILE URBAIN

TENDANCE

Futur Radieux est un studio de création visuelle dirigé par Jonathan Ghodsi. En collaboration avec Magasin Libre et à l’occasion de l’événement “La Fête des Mauvais Voisins » qui aura lieu le 27 mai, tous deux ont imaginé une gamme textile aux traits bruts, presque enfantins. Cette marque intitulée “MAUVAIS VOISINS” en fait tout un univers visuellement surprenant et fun à souhait.
Un projet rassembleur et inventif à découvrir.