Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

ANALIA PIGRÉE, NOUVELLE ÉTOILE GUYANAISE DE LA NATATION FRANÇAISE

Elle n’a que 20 ans, mais retenez bien son nom. Il va bientôt s’afficher sur les podiums des grandes compétitions internationales. Analia Pigrée a choisi de quitter le péyi, pour s’entraîner au club Canet 66, dans les Pyrénées Orientales, avec pour objectif les JO de Paris 2024.

A juste 20 ans – elle est née à Cayenne le 31 juillet 2001 – Analia Pigrée a déjà un joli palmarès. Sur sa distance de prédilection, le 50 m dos, elle est championne de France et championne d’Europe et détentrice du record de France. Elle est aussi vice-championne de France du 100 m dos. Et pour sa première Coupe du Monde en petit bassin, ce mois-ci à Berlin, elle s’est qualifiée dans deux finales, mais sans monter sur le podium.

Elle ne va pas s’arrêter en si bon chemin. La voilà sélectionnée en équipe de France pour les prochains championnats d’Europe en petit bassin, qui se dérouleront du 2 au 7 novembre à Kazan (Russie). Elle a confié au micro de Guadeloupe la 1ère qu’elle avait « hâte de rencontrer les grandes championnes » pour se mesurer à elles et « montrer ce que je vaux ».

Pour se mettre en appétit, elle a pris part le week-end dernier au Meeting des Vendanges, qui avait lieu sur son terrain de jeu, au Canet-en Roussillon. Eh bien, elle a bon appétit ! Analia Pigrée a tout simplement gagné les 6 courses auxquelles elle a participé en 2 jours : 50 m et 100 m papillon, 50 m et 100 m nage libre et, bien sûr, 50 m et 100 m dos.    

Pour arriver à ces résultats, Analia s’entraîne dans le bassin 5 heures par jour. «Et ça pique un peu ! Avec la musculation en plus, dit-elle. Il y a beaucoup de sacrifice à faire, surtout au niveau sociabilité. J’ai fait ce choix-là et je l’assume entièrement. »  

Ses études 

Elle a deux entraîneurs qui la suivent et la coachent de concert, celui de son club et celui du Centre national d’entraînement de Font-Romeu. C’est là qu’elle poursuit ses études. Elle est en année de licence de STAPS (Sciences et techniques des activités physiques et sportives), dans une UFR détachée de l’Université de Perpignan et destinée aux sportifs de haut niveau.

Pas toujours facile de concilier les deux. « Parfois, je ne peux pas aller au cours », confie-t-elle. Mais ce n’est pas l’effort qui la rebute. On est impatient de voir jusqu’où son appétit et son énergie vont la mener.  

Crédit photos: Mr Preecha – Adobestock.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet