Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

ATELIER POPULAIRE : UNE ENTREPRISE POUR DONNER ACCÈS À UNE CONSOMMATION SENSÉE ET SENSIBLE

Je m’appelle Elsa, je suis l’une des fondatrices d’Atelier Populaire, une startup qui ne veut pas révolutionner la cosmétique, mais simplement fabriquer avec amour des produits bien conçus.

Le plaisir d’entreprendre

Nous pourrions vous raconter une histoire de rencontre, un besoin de retrouver du sens dans le travail et vous dire que nous avons créé Atelier Populaire parce que nous ne trouvions pas de cosmétiques à la hauteur de nos attentes. Nous pourrions aussi vous dire que le monde sera meilleur grâce à nos produits et nos innovations. Que notre histoire familiale et amicale nous a amenés à inventer quelque chose qui n’existait pas.

Cette histoire de start-up “projet de vie”, on commence à la connaître sur les bout des doigts et pour tout vous dire, elle nous lasse un peu. En fait, on trouve que ces récits contribuent directement à façonner ce que nous voulons justement combattre : la consommation superflue et dévorante, le culte de la personnalité façonné par les réseaux sociaux et une vision du monde individualiste.

Notre histoire est simplement celle d’une démarche entrepreneuriale engagée. Avec mes deux associés Jean et Jean, nous avons décidé de fabriquer des cosmétiques bio car il y avait, en plus d’une opportunité économique, quelque chose de bien à faire dans ce secteur endormi et maîtrisé de A à Z par des multinationales bien installées.

Elsa Pomès, fondatrice de l’@Atelier Populaire.

Ingénieure cosmétique, j’ai fait mes premières armes dans la cosmétique naturelle au début des années 2010 et j’ai vite compris que le bio militant ne pouvait pas se déployer convenablement dans cette industrie au sein d’entreprises ayant une vision stratégique classique. Nous nous sommes lancés il y a 4 ans sur ce secteur passionnant de l’hygiène, puis du soin des peaux et des cheveux avec une idée en tête : le bio ne suffit pas.

Dépasser les égos et les logos

Pour nous, les cosmétiques doivent non seulement être composés d’ingrédients réellement certifiés bio et éthiquement sourcés, mais en plus ils doivent être en capacité de concurrencer en termes de performance et d’attrait marketing les produits “conventionnels”. Le tout avec un impact environnemental réduit au strict nécessaire. Ce qui est magique, c’est que des produits pensés selon ce cahier des charges permettent d’obtenir des formules qui préservent nos peaux, nos cheveux, nos corps et la planète.

Cette démarche s’incarne dans de nombreux engagements formels, dont la certification Cosmos, délivrée par Ecocert et Cosmebio, qui nous oblige à respecter des règles strictes, contraignantes et auditées. En parallèle, nous faisons de tous nos projets un exercice de transparence et de pédagogie. 

Nous avons commencé à travailler il y a 5 ans avec la volonté de tout faire nous-même, de la formulation jusqu’à la fabrication en série des produits, leur conditionnement et leur distribution auprès de revendeurs engagés. Cette approche nous différencie de nombreux acteurs de notre secteur qui sous-traitent la R&D et surtout la fabrication à des industriels en marque blanche. Derrière les désillusions récentes du bio, il y a la même dynamique toxique à l’œuvre dans la résistance au changement de nos sociétés face au réchauffement climatique. Derrière les grands discours engagés, les actes qui en découlent ne sont jamais assez en adéquation avec les idées énoncées.

Par exemple, quand une célèbre marque de cosmétiques imprime une texture de papier kraft sur un tube en plastique dans lequel est conditionné un produit bio, peut-on vraiment parler de sincérité et d’engagement quand la ficelle du greenwashing est si grosse ?

Un des grands défis pour un acteur microscopique comme nous est de proposer une alternative crédible aux produits de ces majors de la cosmétique. Objectif : séduire les consommateurs à qui il est impossible de demander de prendre des décisions éclairées à chaque moment de leurs courses.

Ne nous leurrons pas, il est impossible de tout acheter éthique et 100% bio quand on est engagé dans une course contre la montre quotidienne pour élever ses enfants, réussir au travail, préserver son couple et se divertir, le tout avec un budget limité. Nous avons donc décidé de miser sur un marketing joyeux et engageant, à rebours des canons du bio traditionnel. Nos produits sont colorés, soigneusement parfumés, pensés pour être efficaces et les moins chers possible. 

Entre tradition et Greentech

Notre premier instinct a été de lancer des savons à froid surgras parce qu’ils constituent la meilleure alternative au gel douche : une boîte extérieure en carton ou pas de boite du tout, une formulation respectueuse de toutes les peaux, pas de gaspillage d’eau, pas de plastique, des odeurs sympas et du bio avec un résultat de lavage parfait. La promesse est tenue. Il est aujourd’hui possible avec nos savons Pavés de Paris ou Voyage de se débarrasser à tout jamais du gel douche, donc de ces énormes emballages plastiques et des formules pas terribles qui contiennent 70% d’eau et des tensio-actifs issus de la pétrochimie.

Ces produits ont trouvé leur public et commencé à faire leur petite différence : nous en avons vendu 200.000 l’année dernière.

Ensuite, cap sur l’innovation avec la sortie de la gamme Détente Cellulaire + au CBD. Première gamme de cosmétiques CBD certifiée bio et fabriquée à Paris, elle se base sur l’immense potentiel du CBD en dermo cosmétique active. Par le passé stigmatisé voire interdit, cet actif présent naturellement dans le chanvre aux côtés du THC connaît actuellement un succès phénoménal auprès du grand public, qui le consomme pour ses propriétés anti-stress.

Mais le CBD peut et doit aussi être utilisé pour prendre soin de la peau et des cheveux. Anti-inflammatoire, antioxydant, apaisant, il a sa place dans les formules cosmétiques qui mobilisent des ingrédients actifs naturels puissants. C’est ainsi que nous avons créé une gamme complète de soins pour la peau au CBD, lancée fin 2021.

Au-delà des enjeux scientifiques de conception des recettes, le défi a aussi été réglementaire, le CBD n’ayant été autorisé que fin 2021 en France sous la pression de l’Union Européenne et de la société civile. Il nous a fallu innover et défricher pour pouvoir proposer cette ligne de produits certifiés selon le référentiel Cosmos par Ecocert, puis convaincre nos revendeurs de les proposer à leurs clients.

Comprendre et faire, pour faire comprendre

Si nous prenons la parole aujourd’hui, c’est pour vous présenter un récit un peu différent, peut-être plus sincère. Le greenwashing, le bio comme caution, les récits personnels, l’hyper-marketing des start-ups, la pression stressante du quotidien brouillent la compréhension des enjeux par les consommateurs. Comment faire la différence entre un bon et un mauvais produit ?

Nous, vrais fabricants passionnés par l’industrie, installés au cœur de Paris, souffrons de la comparaison avec des marques qui sont plus des médias que des fabricants et nous luttons pour exister dans un monde qui ne vit que pour l’image. Nous n’avons pas le temps de produire un film pour faire un crowdfunding, nous ne pouvons pas remplir des dossiers pour obtenir des subventions, nous devons d’abord peser, mélanger, découper et emballer nos savons.

Nous sommes convaincus que c’est par le geste qu’on finit par comprendre le monde, et pas juste en parlant. Un produit cosmétique parfait n’existe pas, la seule chose à faire c’est de le faire le mieux possible, tout le temps. C’est ce que nous accomplissons dans notre manufacture parisienne, que vous êtes chaleureusement invités à visiter !

Elsa Pomès, fondatrice de l’Atelier Populaire.

Crédit photos: Atelier Populaire.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet