Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

AU SEIN DE PARIS : L’HISTOIRE MÉCONNUE DES NOURRICES DE PARIS

Christian de la Hubaudière nous offre ici un roman historique, où Marguerite personnage principal est une nourrice au XVIII siècle. C’est une page « oubliée » de notre histoire, bien que fondamentale dans la survie des nourrissons de l’époque qui a inspiré l’auteur.

Entre le XVII et le XX siècles, des centaines de milliers voir des millions de bébés ont été sauvés grâce à l’allaitement des nourrices de la banlieue de la capitale.  L’auteur passionné d’histoire, nous relate au travers de ce livre, cette pratique. Le cygne, le Plat d’Etain, La croix Verte pour ne citer que ceux-ci, sont des lieux majeurs décrits dans le livre.

Marguerite a vécu de 1743 à 1791, elle a subi les abus et dysfonctionnements de cette industrie. Pourtant on peut qualifier ce métier comme le premier ayant donné l’indépendance aux femmes ! Tel est l’un des messages forts de l’auteur. Gagnant souvent plus que leurs époux, elles sont maîtresses de leur maison.

Un sujet à découvrir au travers d’une histoire hors du commun, mais pourtant exceptionnelle.

Christian de la Hubaudière présente son dernier roman « Au sein de Paris ».

Synopsis du livre

Au XVIIIe siècle, les Parisiennes n’allaitaient pas leurs nouveau-nés, au nombre de 20 à 22 000 par an. Les plus riches (5 % environ) les plaçaient chez des nourrices proches de Paris, plus chères. Les moins riches (5 % également) les allaitaient, signe de grande pauvreté dans la capitale, tandis que 4500 environ, légitimes ou non, arrivaient aux Enfants Trouvés de la rue Saint-Antoine. Cet hospice se chargeait de leur trouver une nourrice, située au maximum à une journée de cheval attelé, tant que faire se pouvait.

Mais comment les autres pères trouvaient-ils des nourrices, plus éloignées et moins coûteuses, pour leurs 15 à 16 000 nourrissons ? On imagine mal ces hommes arpentant la campagne avec leur nouveau-né sous le bras en quête d’une mamelle providentielle.

C’est à partir d’une organisation familiale, artisanale, individuelle, que s’est constituée au fil du siècle une administration collective pour la gestion de ces petits. Elle fut placée sous l’égide du Châtelet de Paris pour la justice, et du curé de la paroisse pour le reste : la religion, la morale, l’état civil, le suivi et les courriers aux parents, l’envoi de l’extrait mortuaire le cas échéant, l’agrément et la surveillance des nourrices et des meneurs… Car il fallait bien une surveillance exercée par un tiers neutre et respecté, pour obvier à toutes les déviances subies par des nourrissons, sources de profit, que leurs parents ne revoyaient pas avant leur retour, si tout allait bien, soit entre deux et trois ans.

Marguerite est l’une de ces 14 000 nourrices qui, chaque année, « montent à la capitale » pour en rapporter un (pas deux) petit parisien à allaiter, puis à sevrer. Quelles sont les modalités du voyage, sa durée, son coût ? Quels problèmes techniques se posent, et comment les résout-on ? A travers elle, on comprend toutes les ficelles de cette profession, devenue une « industrie du nourrisson parisien » au cours de la seconde moitié du siècle, et les règlements qu’elle suscite.

En arrière-plan, on découvre l’évolution de l’art de vivre (dont font partie les arts de la table et les châteaux de campagne), des voies de communication, des moyens de transport, qui permettent d’aller plus vite et plus loin. On voit aussi se développer une économie rurale, centrée autour du cheval et de la nourriture, et financée en grande partie par l’argent provenu du lait des nourrices, donnant des forgerons, faïenciers, charrons, bourreliers, cordonniers, charretiers, boulangers, bouchers et « chaircuitiers », épiciers…

Ce transfert de richesses de la capitale vers les provinces et des villes vers la campagne semble méconnu aujourd’hui. C’est pourtant grâce à lui que s’est construite la France rurale qui se délite peu à peu depuis cinquante ans. Grâce au lait des nourrices qui jouèrent, dans la préparation de la Révolution, un rôle non négligeable dans l’évolution des mentalités, de la morale, de la religion dont elles s’émancipèrent peu à peu. Laissez-vous guider sur ce chemin par Marguerite et ses congénères.

Au XIXe siècle, la prise de conscience des pertes importantes de nourrissons en voyage amènera l’idée de « nourrices sur lieu », allaitant dans les familles parisiennes, dont les Morvandelles ont laissé le souvenir. Mais cela sera une autre histoire !

Pour le découvrir plus amplement voici le site de l’auteur

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet

OISE

BEAUVAIS : CAROLINE CAYEUX ENTRE DANS LE NOUVEAU GOUVERNEMENT

POLITIQUE

Celle qui tient les rênes de la mairie de Beauvais depuis 2001, et s’est récemment rapprochée de la majorité présidentielle, a été nommée ministre chargée des Collectivités territoriales sous la double tutelle du ministre de l’Intérieur et des outre-mer, Gérald Darmanin, et du ministre de la Transition écologique et de la cohésion des territoires, Christophe Béchu.

Sa nomination à un portefeuille ministériel était attendue. Elle est, à présent, confirmée. Caroline Cayeux a été appelée par Élisabeth Borne pour occuper le poste de ministre déléguée chargée des Collectivités territoriales au Gouvernement. Elle succède, en partie, à Amélie de Montchalin, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, battue lors des dernières élections législatives dans la sixième circonscription de l’Essonne.
Engagée depuis près de 40 ans au Rassemblement pour la République (RPR), à l’Union pour un mouvement populaire (UMP), puis chez les Républicains (LR), cette femme de droite proche de François Fillon faisait partie des 600 élus locaux à appeler à la réélection d’Emmanuel Macron, fin 2021. Conseillère régionale de Picardie de 2004 à 2011, puis sénatrice de l’Oise jusqu’en 2017, Caroline Cayeux n’avait encore jamais occupé de responsabilités ministérielles.

Réélue au premier tour

Élue en 2001 à la mairie de Beauvais, cette enseignante de formation a succédé au socialiste Walter Amsallem et a été régulièrement reconduite par les électeurs jusqu’à obtenir la majorité dès le premier tour lors des élections municipales de 2020. Elle préside, par ailleurs, depuis cette même année, l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT).
« Extrêmement honorée d’être nommée ministre déléguée aux collectivités territoriales. Cette marque de confiance m’honore et m’oblige. Je sais la richesse que sont nos territoires pour notre pays. Je les défendrai sans relâche, au service des habitants et des élus locaux », a-t-elle déclaré sur son compte Twitter.

Elle retrouvera au Gouvernement une autre personnalité de l’Oise, Isabelle Rome, qui a été confirmée au poste de ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances.