Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

BULLES DE NOËL À TROYES : À VOIR DE L’EXTÉRIEUR

Ce qui change en 2020, c’est que les visiteurs ne pourront pas se balader à l’intérieur de ces sphère géantes. Ils devront rester à l’extérieur pour contempler les automates et sapins qui y sont abrités pour créer des décors plus féeriques les uns que les autres. C’est parti pour les illuminations de Noël à Troyes ! […]

Ce qui change en 2020, c’est que les visiteurs ne pourront pas se balader à l’intérieur de ces sphère géantes. Ils devront rester à l’extérieur pour contempler les automates et sapins qui y sont abrités pour créer des décors plus féeriques les uns que les autres.

C’est parti pour les illuminations de Noël à Troyes ! Tous les jours et jusqu’au début du mois de janvier prochain, elles brilleront de tous leurs feux entre la tombée de la nuit et 22 heures. Tant attendues par le public, les bulles sont de retour. Pour rappel, leur installation avait attiré en 2019 plus de 105 000 visiteurs. Pour ce Noël 2020, l’équipe de Didier Maroilley, le P-DG de Festilight – l’entreprise de Villechétif (agglomération troyenne) partenaire de l’opération et qui a imaginé ces sphères gonflables transparentes, de quatre à dix mètres de diamètres – a dû s’adapter à la crise sanitaire. C’est pourquoi, les quatre bulles enchantées sont, cette année, uniquement à admirer depuis l’extérieur, car leur accès y est interdit au public. Leur implantation s’en trouve également modifiée. Alors que l’an dernier et en 2018, l’année de leur première installation à Troyes, elles formaient un tout pour permettre de passer de l’une à une autre, elles sont actuellement disséminées sur trois places du centre-ville – Alexandre-Israël, Jean Jaurès et Saint-Rémi.

Outre les quatre bulles transparentes, place aux tonalités de vert, rouge, blanc et or. Ce sont au total plus de dix kilomètres de guirlandes lumineuses – 100 % LED – et pas moins de cinq cents motifs qui ornent quelque soixante-dix rues et quatorze places. Les espaces verts ne sont pas en reste, mis au goût de Noël en se parant de sapins floqués ou décorés.

Des petites forêts de sapins ont poussé rue Émile Zola et rue de la Cité ainsi que place Vernier, place de la Libération et place Saint-Pierre. Sans oublier le Forum de l’Hôtel de Ville, où un sapin artificiel de douze mètres de haut est orné de près de deux kilomètres de guirlandes de 32 000 ampoules LED au total.

La place du parvis des Halles et la placette Saussier sont décorées par deux sapins de huit mètres de haut, également artificiels. Et les sapins hauts de sept mètres du rond point François Mitterrand et de la place Audiffred, ils sont quant à eux naturels.

Parmi les décorations inédites installées aux quatre coins de la ville figurent des sapins naturels givrés sur tout l’axe Zola, la forêt magique dans la Cour Juvenal des Ursins, le traîneau du Père Noël dans la forêt de sapins de la place Vernier et la boule lumineuse traversante sur le parvis de la gare.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet

OISE

BEAUVAIS : CAROLINE CAYEUX ENTRE DANS LE NOUVEAU GOUVERNEMENT

POLITIQUE

Celle qui tient les rênes de la mairie de Beauvais depuis 2001, et s’est récemment rapprochée de la majorité présidentielle, a été nommée ministre chargée des Collectivités territoriales sous la double tutelle du ministre de l’Intérieur et des outre-mer, Gérald Darmanin, et du ministre de la Transition écologique et de la cohésion des territoires, Christophe Béchu.

Sa nomination à un portefeuille ministériel était attendue. Elle est, à présent, confirmée. Caroline Cayeux a été appelée par Élisabeth Borne pour occuper le poste de ministre déléguée chargée des Collectivités territoriales au Gouvernement. Elle succède, en partie, à Amélie de Montchalin, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, battue lors des dernières élections législatives dans la sixième circonscription de l’Essonne.
Engagée depuis près de 40 ans au Rassemblement pour la République (RPR), à l’Union pour un mouvement populaire (UMP), puis chez les Républicains (LR), cette femme de droite proche de François Fillon faisait partie des 600 élus locaux à appeler à la réélection d’Emmanuel Macron, fin 2021. Conseillère régionale de Picardie de 2004 à 2011, puis sénatrice de l’Oise jusqu’en 2017, Caroline Cayeux n’avait encore jamais occupé de responsabilités ministérielles.

Réélue au premier tour

Élue en 2001 à la mairie de Beauvais, cette enseignante de formation a succédé au socialiste Walter Amsallem et a été régulièrement reconduite par les électeurs jusqu’à obtenir la majorité dès le premier tour lors des élections municipales de 2020. Elle préside, par ailleurs, depuis cette même année, l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT).
« Extrêmement honorée d’être nommée ministre déléguée aux collectivités territoriales. Cette marque de confiance m’honore et m’oblige. Je sais la richesse que sont nos territoires pour notre pays. Je les défendrai sans relâche, au service des habitants et des élus locaux », a-t-elle déclaré sur son compte Twitter.

Elle retrouvera au Gouvernement une autre personnalité de l’Oise, Isabelle Rome, qui a été confirmée au poste de ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances.