Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

« CE NOM QU’À DIEU ILS DONNENT » DE GUILLAUME DE FONCLARE

Pendant des crises liées à une maladie génétique invalidante, Guillaume de Fonclare pense avoir atteint la limite entre la vie et la mort. Cette limite, représentée par une porte derrière laquelle il a senti une forte présence spirituelle, ne l’a pas quitté tout au long de cet épisode. Maintenant il veut comprendre, il veut obtenir des réponses à toutes les questions qu’il se pose, lui qui a perdu la Foi quelques années plus tôt. Il se met alors en quête de Dieu.

Guillaume de Fonclare a cru mourir à la suite de plusieurs malaises qui l’ont invalidé pendant deux semaines. Mais il a également ressenti une présence spirituelle très forte. Pourtant il a perdu la Foi. Alors il veut obtenir des réponses à ses questions. Il se met à la recherche de Dieu.

Il se rend dans une résidence dans laquelle les écrivains s’isolent pour écrire. Là, il va pouvoir trouver le calme nécessaire pour méditer et se relaxer. Il va pouvoir s’enquérir d’une forme de transcendance. Mais sa quête, ce n’est pas que ça. C’est aussi fouiller dans ses souvenirs pour voir s’il n’a pas déjà eu un signe de la présence de Dieu. C’est demander autour de lui si quelqu’un a vu ces signes, ou quelque chose s’en approchant. Et c’est se libérer l’esprit en oubliant le passé, en ne pensant pas à l’avenir, et en vivant le moment présent pleinement. Tout est sujet à questionnements et à réflexions.

C’est cette recherche spirituelle que Guillaume de Fonclare nous propose de découvrir dans ce récit. Avec modestie, il expose toutes les pistes qu’il a suivies et nous fait part de ses idées, ses pensées. Ses observations touchent à tout. Il nous embarque avec lui dans ses promenades dans les causses, dans ses souvenirs, dans ses rencontres qui ont été riches en enseignement, dans ses remarques sur la présence ou non du divin dans des situations données.

Guillaume de Fonclare nous propose son récit de la recherche spirituelle, aux éditions STOCK.

On se laisse guider dans ce road-trip intimiste dans lequel parfois il s’adresse directement à des proches. Le propos est simple, humble, mais la réflexion est profonde. Car en plus de rechercher Dieu, il recherche également tout ce qui pourrait s’y apparenter, dans la beauté, dans la musique, dans la nature. Et si c’était Dieu qui avait créé tout ça ?

Ce récit est très agréable à lire. Les chapitres qui s’enchaînent rapidement font tous référence à une expérience dans laquelle l’auteur cherche des signes, comme des épisodes de sa vie. Il n’y a aucune révélation surprenante, mais un plaisir de suivre cette quête spirituelle, quelle que soit notre avis sur le sujet. Ce n’est en rien un livre religieux, c’est une recherche du divin pour obtenir des réponses. Car Guillaume de Fonclare est persuadé que recouvrer sa Foi donnerait un nouveau sens à son existence. Mais avant de pouvoir croire en une force Toute-Puissante, ne faut-il pas d’abord croire en soi-même ?

À la fin de notre lecture, l’auteur n’est pas parvenu à obtenir les réponses aux questions qu’il se posait, mais il a trouvé autre chose : une paix intérieure et une confiance en lui qui lui permettront d’avancer avec sérénité. Un texte simple et sincère.

Crédit photos: Media Livres- Guillaume de Fonclare.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet

NATIONAL

LA COMPAGNIE XY, LE SACRE D’UN MOMENT DE GRÂCE AU MUSÉE PICASSO DE PARIS

CULTURE

L’ambiance est apaisée en ce matin du 4 septembre dans les jardins parisiens du Musée Picasso. La rue de Thorigny, sous un soleil radiant, se prépare à accueillir les 24h Picasso. A cette occasion, le musée ouvrira ses portes du lever du jour au coeur de la nuit pour une immersion totale de 24 heures dans les pas de Pablo Picasso, cet amoureux d’art et de géométrie qu’on ne présente plus.