Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

CHAROLLAIS : LOUP, Y ES-TU (LE BIENVENU) ?

Depuis le 25 juin, neuf troupeaux ont été attaqués par un prédateur dans six communes du Charollais, en Saône-et-Loire. Après investigations des agents de l’Office français de la biodiversité (OFB), la présence d’un loup a été confirmé. Il y a quelques jours, une nouvelle attaque près de Monceau-les-Mines a ravivé l’inquiétude des éleveurs. Et provoqué […]

Depuis le 25 juin, neuf troupeaux ont été attaqués par un prédateur dans six communes du Charollais, en Saône-et-Loire. Après investigations des agents de l’Office français de la biodiversité (OFB), la présence d’un loup a été confirmé. Il y a quelques jours, une nouvelle attaque près de Monceau-les-Mines a ravivé l’inquiétude des éleveurs. Et provoqué l’intervention du maire de Chalon-sur-Saône.

Ce n’est pas la première fois que le loup fait parler de lui en Bourgogne. Depuis 2017, plus d’une centaine d’attaques attribuées aux célèbres canidés ont été recensées dans la Nièvre, dans le Tonnerrois ou en Côte-d’Or. En avril dernier, à Anost, entre Autun et Saulieu, deux attaques contre des ovins avaient été attribuées à un loup même si les services de l’OFB n’avaient pas pu l’établir avec certitude. Néanmoins sa présence avait été attestée. Le 15 mai dernier, le préfet de Saône-et-Loire avait pris des mesures pour que les éleveurs du département puissent mobiliser les aides publiques à l’investissement dans des dispositifs de protection de leurs troupeaux.

Depuis quelques semaines, neuf troupeaux situés dans six communes du pays  Charollais (Viry, Vendenesse-les-Charolles, Mornay, Marizy, Martigny-le-Comte et Beaubery) ont subi les attaques d’un « grand prédateur » tuant plus d’une trentaine de moutons ou agneaux et en blessant treize autres. Si la piste de chiens errants ne pouvait être exclue, les pièges photographiques des agents de l’OFB ont mis en lumière la présence d’un loup sur le territoire. Il y a quatre jours, un éleveur de Gourdon, près de Montceau-les-Mines, a eu la mauvaise surprise de découvrir trois agneaux présentant de graves blessures. Là, aussi, ces dernières coïncident avec la prédation d’un loup.

Gilles Platret interpelle Jean Castex

La préfecture a indiqué qu’elle réunirait le 13 août prochain une cellule de veille et de suivi du loup tout en précisant, en amont, que les éleveurs seraient indemnisés des pertes subies. Pas de quoi pour autant rassurer la filière ovine.

Avant-hier, les éleveurs ont reçu le soutien du maire de Chalon-sur-Saône, Gilles Platret. Celui qui a écrit un livre référence en 2007, Les loups dans l’Histoire de la Bourgogne, a adressé une lettre ouverte au Premier Ministre, Jean Castex. « Cette situation inquiète à juste titre une filière d’élevage qui constitue un véritable pilier de l’économie agricole bourguignonne et franc-comtoise », explique-t-il, avant d’ajouter plus loin : « L’apparition du loup sur les terres bourguignonnes et franc-comtoises pose la question de notre capacité nationale à réguler la population de cet animal. » Si l’ancien journaliste ne souhaite pas éradiquer cette espèce protégée, il remet fortement en cause la validité du plan d’action 2018-2023 sur le loup et les activités d’élevage. « Face à l’élévation trop rapide du nombre de loups en France, une régulation sévère, plus sévère qu’aujourd’hui, s’impose donc pour parvenir à un degré d’acceptabilité du prédateur qui n’est désormais plus atteint. »

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet