Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

COMPIÈGNE : ÉRIC CIOTTI ACCUEILLI LES BRAS OUVERTS PAR PHILIPPE MARINI

En lice pour la candidature à la présidence des Républicains, le député des Alpes-Maritimes s’est déplacé dans la Cité impériale où il a été reçu par Philippe Marini, accompagné de trois parlementaires de l’Oise. Le maire de Compiègne et président de la communauté d’agglomération ne cache pas sa préférence pour le questeur de l’Assemblée nationale.

Près d’une centaine de sympathisants étaient réunis, lundi soir, à la salle Saint-Nicolas pour apporter leur soutien à Éric Ciotti, en campagne, à trois semaines du congrès du parti Les Républicains (LR) qui doit désigner le successeur à la présidence de Christian Jacob. En maître de cérémonie, Philippe Marini a accueilli le député des Alpes-Maritimes avec enthousiasme dans la sous-préfecture de l’Oise.

« Au programme : découverte du Centre de supervision intercommunal (CSI) de l’Agglomération de la région de Compiègne (Arc), qui dispose aujourd’hui de plus de 400 caméras et démonstration de la brigade canine de la police municipale de Compiègne, spécialisée dans la détection de stupéfiants », résume l’élu sur son compte Facebook.

Plusieurs personnalités politiques locales étaient présentes pour venir écouter l’ancien candidat à la candidature de la dernière élection présidentielle décliner sa feuille de route, comme les députés Maxime Minot, Victor Habert-Dassault et Pierre Vatin, le maire de Pont-Sainte-Maxence, Arnaud Dumontier, ou encore la présidente du conseil départemental, Nadège Lefebvre.

Après Aurélien Pradié et Bruno Retailleau, Éric Ciotti était le dernier des trois prétendants à la présidence à se rendre dans l’Oise.

À droite toute !

« Nous sommes dans un pays dangereusement engagé sur le chemin du déclin, concernant la sécurité, concernant les questions migratoires… Nous devrons offrir une vraie alternative. Je ne crois pas que le macronisme survivra au départ de Monsieur Macron. Je me refuse d’être réduit à choisir entre Monsieur Mélenchon et Madame Le Pen. Il nous faut élaborer un grand projet de rupture, répondant aux problématiques d’autorité, à la préservation de notre identité, retrouver une liberté économique qui nous fait tant défaut, vu qu’on est asphyxié par les taxes, la bureaucratie, la technocratie… », a notamment déclaré Éric Ciotti, rapporte Oise Hebdo.

Ce dernier a notamment appelé Laurent Wauquiez à se porter candidat à la future élection présidentielle de 2027 et à supprimer la procédure des primaires chez Les Républicains.

Crédit photos: Frantogian-cc-by-sa-3.0

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet