Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

DISPARITION D’ÉMILIE NOÉ, RÉSISTANTE DÉPORTÉE DE CÔTE D’OR

“Dès 1943, Mimi, comme aimaient l’appeler ceux qui l’ont connue, et sa famille deviennent acteurs de la résistance. Son père, Henri Fournier, ravitaille le maquis tandis qu’Emilie et sa sœur opèrent comme agents de liaison. Déportée en 1944, elle est libérée des camps de concentration en avril 1945 par l’armée américaine. Dès 1990, la résistante […]

Dès 1943, Mimi, comme aimaient l’appeler ceux qui l’ont connue, et sa famille deviennent acteurs de la résistance. Son père, Henri Fournier, ravitaille le maquis tandis qu’Emilie et sa sœur opèrent comme agents de liaison. Déportée en 1944, elle est libérée des camps de concentration en avril 1945 par l’armée américaine.

Dès 1990, la résistante partage son histoire avec les jeunes des collèges et lycées de Côte-d’Or” explique la municipalité de Dijon. 

Année après année, Emilie Noé perpétuait ce devoir de mémoire, participant activement à l’organisation du Concours National de la Résistance et de la Déportation, et en offrant son précieux témoignage en héritage aux jeunes générations.

Assurer la continuité de l’histoire, faire du souvenir une arme contre l’intolérance et lutter contre l’oubli, tels étaient les combats qui animaient Emilie Noé” conclut la ville de Dijon.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet

OISE

BEAUVAIS : CAROLINE CAYEUX ENTRE DANS LE NOUVEAU GOUVERNEMENT

POLITIQUE

Celle qui tient les rênes de la mairie de Beauvais depuis 2001, et s’est récemment rapprochée de la majorité présidentielle, a été nommée ministre chargée des Collectivités territoriales sous la double tutelle du ministre de l’Intérieur et des outre-mer, Gérald Darmanin, et du ministre de la Transition écologique et de la cohésion des territoires, Christophe Béchu.

Sa nomination à un portefeuille ministériel était attendue. Elle est, à présent, confirmée. Caroline Cayeux a été appelée par Élisabeth Borne pour occuper le poste de ministre déléguée chargée des Collectivités territoriales au Gouvernement. Elle succède, en partie, à Amélie de Montchalin, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, battue lors des dernières élections législatives dans la sixième circonscription de l’Essonne.
Engagée depuis près de 40 ans au Rassemblement pour la République (RPR), à l’Union pour un mouvement populaire (UMP), puis chez les Républicains (LR), cette femme de droite proche de François Fillon faisait partie des 600 élus locaux à appeler à la réélection d’Emmanuel Macron, fin 2021. Conseillère régionale de Picardie de 2004 à 2011, puis sénatrice de l’Oise jusqu’en 2017, Caroline Cayeux n’avait encore jamais occupé de responsabilités ministérielles.

Réélue au premier tour

Élue en 2001 à la mairie de Beauvais, cette enseignante de formation a succédé au socialiste Walter Amsallem et a été régulièrement reconduite par les électeurs jusqu’à obtenir la majorité dès le premier tour lors des élections municipales de 2020. Elle préside, par ailleurs, depuis cette même année, l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT).
« Extrêmement honorée d’être nommée ministre déléguée aux collectivités territoriales. Cette marque de confiance m’honore et m’oblige. Je sais la richesse que sont nos territoires pour notre pays. Je les défendrai sans relâche, au service des habitants et des élus locaux », a-t-elle déclaré sur son compte Twitter.

Elle retrouvera au Gouvernement une autre personnalité de l’Oise, Isabelle Rome, qui a été confirmée au poste de ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances.