Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

DOUBS : LES ARCHIVES DÉPARTEMENTALES METTENT EN LUMIÈRE L’HISTOIRE DES FEMMES DU DÉPARTEMENT

Le portrait de la femme du Doubs de ce mois de décembre est consacré à Marthe Pergaud, née Caffot. Institutrice modèle, elle a été la première femme de Louis Pergaud. « Comme elle était institutrice, un des rares métiers où les femmes étaient aussi représentées que les hommes, son dossier de carrière, croisé avec celui de […]

Le portrait de la femme du Doubs de ce mois de décembre est consacré à Marthe Pergaud, née Caffot. Institutrice modèle, elle a été la première femme de Louis Pergaud.

« Comme elle était institutrice, un des rares métiers où les femmes étaient aussi représentées que les hommes, son dossier de carrière, croisé avec celui de Louis Pergaud, conservé aux Archives du Doubs, lève une partie du voile sur la vie professionnelle et personnelle de cette institutrice modèle mais épouse malheureuse.

Marthe Caffot épouse Louis Pergaud le 25 septembre 1903 à Belmont et ils s’installent à Landresse en 1905. La mésentente règne dans le couple, qui n’aura qu’un enfant, Gisèle, née en avril 1904 et morte en novembre de la même année.

En octobre 1907, Pergaud annonce à sa femme, par lettre, son intention de mettre fin à leur mariage ; il fait même rapidement enlever une partie du mobilier. Son dossier d’instituteur révèle qu’il a demandé un congé de trois mois pour convenance personnelle (congé renouvelé plusieurs fois et couronné par une demande de mutation dans le département de la Seine en mars 1908), peut-être  pour se rendre à Paris avec sa maîtresse Delphine » nous expliquent les archives départementales. 

Sans surprise, dès novembre, Marthe décrit sa triste situation dans une lettre poignante à son Inspecteur d’académie où elle écrit « je suis seule à présent et destinée à rester seule ». Elle demande un changement de poste pour se rapprocher de ses parents, qui pourront lui « donner les soins et les consolations dont elle a besoin ». Elle accepte ainsi le poste de Malpas en janvier 1908 et reprend rapidement son nom de jeune fille.

Entre problèmes de santé et lutte pour poursuivre sa carrière d’institutrice, l’histoire de cette femme de courage qui a toujours défendu l’enseignement laïc est à retrouver sur le site du département du Doubs ainsi que celles des sept autres femmes qui ont marqué l’histoire du Département :

https://story.tl/doubs-portraits-de-femmes/1

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet