Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

DOUZE VOLONTAIRES DU SERVICE CIVIQUE POUR AIDER LES COLLÉGIENS CONTRE LE HARCÈLEMENT SCOLAIRE

Pour lutter contre le harcèlement scolaire, le département va demander à 12 volontaires du service civique d’effectuer une mission au long cours dans des collèges de Seine-et-Marne, à partir de la rentrée de septembre.

Le service civique est ouvert à tous les jeunes de 16 à 25 ans (30 ans pour ceux qui sont en situation de handicap), qui souhaitent s’engager au service de tous.

Les missions d’intérêt général qui leur sont proposées durent entre 6 et 12 mois, dans les 9 domaines prioritaires pour la nation. Parmi celles-ci, il y a notamment « contribuer aux activités éducatives, pédagogiques et citoyennes de l’école ».

C’est naturellement à ces jeunes volontaires que le département à penser pour compléter, dans certains collèges, le dispositif de lutte contre le harcèlement scolaire. Sans la barrière de l’âge ou du statut, ils devraient être plus à même d’aborder ces problèmes complexes et délicats avec les collégiens, de les sensibiliser et éventuellement de les amener à se confier. Le silence et l’isolement des victimes favorisent les méfaits des harceleurs, qui peuvent prendre dans la durée une dimension dramatique.

Les missions concernent 4 collèges, à Meaux, Melun, Bussy-Saint-Georges et Villeparisis. Ils y seront par équipe de 3, pour une mission de 9 mois, à partir de début septembre. Ils auront pour objectif de : sensibiliser les collégiens aux problématiques autour des discriminations ; expliquer les effets néfastes des réseaux sociaux sur les relations de groupe ou de personnes ; pouvoir orienter les élèves en souffrance auprès des personnes compétentes.

A cet effet, ils suivront au préalable une formation d’une semaine, qui servira aussi à leur intégration dans le dispositif du service civique et à la cohésion des équipes. Ils auront entre 24 et 30 heures d’activité par semaine et recevront, comme tous les volontaires, une indemnisation de 580 € par mois.       

La « salle de confiance » 

Certains  de ces collèges disposent d’une « salle de confiance ». Dans ces établissements l’équipe des jeunes volontaires aura la possibilité de l’utiliser et de mener des actions pour la rendre vivante. Cette pièce est un lieu neutre où les collégiens peuvent se retrouver et échanger sur leurs problématiques (personnelles, scolaires, etc.).

La première « salle de confiance » a été imaginée et mise en œuvre par des élèves du collège Gérard Philippe à Villeparisis. Leur projet a même reçu le prix départemental de l’innovation éducative en 2019.

Crédit photos : Maria Ponomariova – GettyImages.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet