Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

ELISABETH BORNE EN SEINE-ET-MARNE, AUX JOURNÉES PARLEMENTAIRES DE RENAISSANCE

Les députés du parti présidentiel ont choisi la Seine-et-Marne pour préparer leur rentrée. La réunion s’est tenue sur deux jours à la résidence du Parc de la Cerclière, à proximité de Provins. La première ministre, venue clôturer ces journées, a dit aux députés qui la soutiennent de « ne pas avoir peur » dans les « semaines de gros temps » qui s’annoncent.

 Le site de ces premières journées parlementaires des députés macronistes n’a pas été choisi au hasard. Il se trouve dans le département d’élection de Franck Riester, du ministre chargé des Relations avec le Parlement. Le Parc de la Cerclière, situé dans la forêt de Montaiguillon, respire le clame et la sérénité. Ce qui est plutôt conseillé aux élus de cette majorité relative avant une session parlementaire qui doit être consacrée au budget et à des réformes controversées et paraît compliquée.

Les membres du groupe n’ont pas opté pour le camping et la piscine de cet endroit de détente, mais pour le « business village », tout indiqué pour ce type de séminaire. Ils ont écouté différents responsables, comme Yaël Braun-Pivet, la présidente de l’Assemblée nationale, et Aurore Bergé, qui guide leur groupe. Ils ont débattu des problématiques qui vont marquer cette rentrée.

La première et la plus délicate, c’est l’articulation souhaitable mais peu évidente entre la hausse des prix qui affectent aussi bien les ménages que les collectivités territoriales et la maîtrise des dépenses publiques. La seconde, c’est l’ampleur et le rythme des réformes annoncées dans différents domaines, telles la santé, l’éducation ou les retraites.

Sur ces sujets, ils ont pris part à des « ateliers » menés, non par des ministres ou des hauts fonctionnaires, mais par des experts chargés de les éclairer en partant de données précises plutôt que d’un point de vue politique.

Avis de gros temps

La cheffe du gouvernement leur a rendu visite, ce mercredi, en clôture de leur réunion. Elle leur a notamment décrit la situation comme elle la voit, sans illusions. C’est-à-dire avec des oppositions déterminées, qui ont « sans attendre, abattu leurs cartes. Selon elle, « pour Les Républicains, voter les textes financiers, ce serait approuver d’un bloc la politique du gouvernement ».

Du côté de La France Insoumise, ajoute-t-elle, « seule compte la volonté de dissolution. » Pour les autres forces de la Nupes, complète-t-elle, « gare au premier qui ferait entendre une voix dissonante ». 

« Les semaines à venir auront leur lot de difficultés et d’affrontements, souvent rudes, mais je voudrais finir en vous disant ma confiance », a conclu Elisabeth Borne.

« Nous ne nous laisserons pas enfermer dans la tentation de l’immobilisme, leur a-t-elle dit. A cette volonté systématique de blocage, nous répondrons par notre détermination et par le respect de nos institutions qui ont prévu comment organiser notre démocratie dans ces situations. »

Crédit photos:  Picture Alliance – Photoshot – Photononstop.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet