Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

FRANCK RIESTER, DE LA CULTURE AU COMMERCE EXTÉRIEUR

Le député de la cinquième circonscription de Seine-et-Marne s’est vu confier le portefeuille du Commerce extérieur et de l’Attractivité à la suite du remaniement ministériel annoncé lundi dernier.

Un nouveau challenge pour l’ancien maire de Coulommiers, diplômé de l’ESSEC.

Rétrogradation ou preuve de confiance, c’est selon. Lors de l’annonce de la composition du nouveau gouvernement formé par Jean Castex le 6 juillet 2020, Franck Riester a été nommé ministre délégué chargé du Commerce extérieur et de l’Attractivité. Il quitte ainsi la rue de Valois et le ministère de la Culture où il avait succédé, en 2018, à l’éditrice Françoise Nyssen pour rejoindre Jean-Yves Le Drian, son ministre de tutelle, au Quai d’Orsay.

Auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, l’enfant du Pays briard devra animer les relations économiques bilatérales et conduire les négociations commerciales européennes et internationales. Le chef d’entreprise, diplômé de l’École supérieure des sciences économiques et commerciales (ESSEC), semble avoir le profil idéal pour défendre les intérêts commerciaux de la France à l’étranger.

Critiqué ces derniers mois pour sa « discrétion » au ministère de la Culture, Franck Riester a du faire face aux grèves historiques de la Comédie française et de l’Opéra de Paris, alors même qu’il était touché par la Covid-19, maladie qui l’aurait, selon ses proches, fortement affaiblie. Sa nomination, s’il elle n’est pas vraiment une surprise, montre bien que ce « Macron compatible » conserve les faveurs présidentielles.

Un élu « made in Seine-et-Marne »

Avant d’être appelé au second gouvernement d’Édouard Philippe, Franck Riester a connu une trajectoire politique fulgurante, celle d’un élu de terrain infatigable. Élu au conseil municipal de Coulommiers en 1995, à 21 ans, sur la liste de Guy Drut, il devient successivement, député de la circonscription en 2007, ce qui fera de lui l’un des benjamins de l’Assemblée nationale, puis maire de la ville l’année d’après. Très attaché à son territoire, il avait d’ailleurs été réélu le 15 mars dernier au premier tour des élections municipales.

Cet ancien soldat de Nicolas Sarkozy, proche de Bruno Le Maire et d’Alain Juppé, est président du parti Agir, mouvement politique qu’il a fondé après son exclusion des Républicains pour avoir rallié Emmanuel Macron.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet