Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

FUSILLADES EN SÉRIE DANS LE QUARTIER DES IZARDS DANS L’INDIFFÉRENCE DES AUTORITÉS

Didier Martinez, le secrétaire du syndicat Unité SGP-Police avait demandé au Ministre de l’Intérieur de classer Toulouse en zone difficile et d’envoyer une centaine de policiers en renfort.  A peine, quatre jours après, une nouvelle fusillade a éclaté dans ce quartier : plusieurs individus en scooter avaient déboulé dans les rues du quartier et tiré de […]

Didier Martinez, le secrétaire du syndicat Unité SGP-Police avait demandé au Ministre de l’Intérieur de classer Toulouse en zone difficile et d’envoyer une centaine de policiers en renfort.

 A peine, quatre jours après, une nouvelle fusillade a éclaté dans ce quartier : plusieurs individus en scooter avaient déboulé dans les rues du quartier et tiré de nombreux coups de feu. L’enquête a été confiée à la SRPJ.

Ce samedi 22 août, encore une nouvelle fusillade, vers 21h30, un homme de 29 ans a reçu une balle dans le tibia et s’est fait voler son scooter.

Cette escalade de la violence par arme intervient dans ce quartier devant l’impuissance des habitants : « Les habitants ont peur, les gens souhaitent partir, quitter le quartier. Cela fait des années que la violence est présente dans le quartier des Izards dans l’indifférence des autorités. Ils voudraient partir mais ne savent pas trop comment. L’insécurité est partout et ne s’arrête pas »  nous confie une membre associative qui souhaite rester anonyme. La peur s’est donc emparée de ce quartier Toulousain où les armes à feu sont légions et les fusillades aussi. En juillet dernier, une autre fusillade dans une boite de nuit à Toulouse, avait causé la mort de Christophe Aurier, le frère du footballeur Serge Aurier.

Aucune réaction de la part du Ministre de l’intérieur ou des membres du gouvernement suite à ses fusillades en série à Toulouse. « Nous attendons des actes de l’Etat pour que le quartier des Izards retrouve sa tranquillité. La République ne doit pas abandonner ces habitants » twitte Maxime Boyer, adjoint au maire de Toulouse, sur son compte officiel.

Devant la prolifération des armes à feu et l’indifférence des autorités, certains quartiers de la ville rose sont devenus des zones de non-droit au grand dame des habitants de ces quartiers otages de violences.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet

OISE

BEAUVAIS : CAROLINE CAYEUX ENTRE DANS LE NOUVEAU GOUVERNEMENT

POLITIQUE

Celle qui tient les rênes de la mairie de Beauvais depuis 2001, et s’est récemment rapprochée de la majorité présidentielle, a été nommée ministre chargée des Collectivités territoriales sous la double tutelle du ministre de l’Intérieur et des outre-mer, Gérald Darmanin, et du ministre de la Transition écologique et de la cohésion des territoires, Christophe Béchu.

Sa nomination à un portefeuille ministériel était attendue. Elle est, à présent, confirmée. Caroline Cayeux a été appelée par Élisabeth Borne pour occuper le poste de ministre déléguée chargée des Collectivités territoriales au Gouvernement. Elle succède, en partie, à Amélie de Montchalin, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, battue lors des dernières élections législatives dans la sixième circonscription de l’Essonne.
Engagée depuis près de 40 ans au Rassemblement pour la République (RPR), à l’Union pour un mouvement populaire (UMP), puis chez les Républicains (LR), cette femme de droite proche de François Fillon faisait partie des 600 élus locaux à appeler à la réélection d’Emmanuel Macron, fin 2021. Conseillère régionale de Picardie de 2004 à 2011, puis sénatrice de l’Oise jusqu’en 2017, Caroline Cayeux n’avait encore jamais occupé de responsabilités ministérielles.

Réélue au premier tour

Élue en 2001 à la mairie de Beauvais, cette enseignante de formation a succédé au socialiste Walter Amsallem et a été régulièrement reconduite par les électeurs jusqu’à obtenir la majorité dès le premier tour lors des élections municipales de 2020. Elle préside, par ailleurs, depuis cette même année, l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT).
« Extrêmement honorée d’être nommée ministre déléguée aux collectivités territoriales. Cette marque de confiance m’honore et m’oblige. Je sais la richesse que sont nos territoires pour notre pays. Je les défendrai sans relâche, au service des habitants et des élus locaux », a-t-elle déclaré sur son compte Twitter.

Elle retrouvera au Gouvernement une autre personnalité de l’Oise, Isabelle Rome, qui a été confirmée au poste de ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances.