Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

GUADELOUPE : COMMENT RAMASSER LES SARGASSES ? ET QUOI EN FAIRE ?

Les sargasses commencent à envahir les plages des Antilles. Pour y faire face, on tente parfois de les récolter en mer, ou bien on cherche à la dérouter puis les ramasser. Ensuite, il faut trouver quoi en faire. Les idées ne manquent pas. Des expérimentations sont en cours.

L’année 2021 s’annonce menaçante sur le front des sargasses, ces algues brunes qui viennent s’agglutiner sur le littoral où elles sèchent et se décomposent en produisant des gaz nauséabonds et dangereux pour les êtres vivants (voir Lemediaa.com au 12/07).

Au vu des échouages du printemps et de ceux qui se profilent aujourd’hui, les experts prévoient que 2021 pourrait être aussi éprouvante que 2018. D’après les données recueillies auprès d’elles, les collectivités auraient ramassé à l’époque 48 000 tonnes de sargasses. Ce chiffre serait tombé à 27 000 tonnes en 2019 et 19 000 tonnes l’an dernier. On devrait donc retrouver les énormes volumes d’il y a 3 ans.       

Des solutions pour le ramassage       

La collecte des sargasses en haute mer s’avère souvent inutile et surtout peu efficace. Près des côtes, le matériel testé, barges, pompes et tapis collecteurs, semble peu adapté et d’un débit assez faible. Les engins amphibies expérimentés se sont montrés encore plus limités, sauf pour pousser les paquets vers le rivage.

Pour protéger les zones les plus sensibles, les barrages flottants ont montré leur utilité. Ils permettent de diriger les « radeaux » vers des endroits où les algues seront plus faciles à ramasser. L’essentiel se passe donc à terre, via les services techniques des collectivités ou des prestataires en régie. 

Dans les coins les plus fragiles, comme les lieux de ponte des tortues de mer, seule la récolte manuelle est envisageable. En cas d’échouage massif, on a recours aux engins de travaux publics, mais ils causent de gros dégâts, comme des tassements et pertes de sable. On essaie de privilégier les mieux adaptés, tractopelle à fourche double, godet squelette, pelle à long bras…

Et ensuite…

Avant tout usage, il faut bien entreposer les sargasses. Il importe de repérer et baliser des terrains adéquats, où les voisins ne seront pas incommodés ni les sols abîmés. Pour les valoriser, il n’existe pour l’heure qu’une solution concrète, le compostage. Mais la seule entreprise qui y procède est en Martinique. Il existe des projets similaires en Guadeloupe, notamment à Marie-Galante, en première ligne face à l’invasion.

Des recherches ont aussi démontré l’intérêt de l’utilisation de ces algues dans la production de bio-plastique. Mais pour décider des industriels à s’engager dans cette voie, il faut pouvoir leur promettre une matière première abondante et régulière. Ce qu’on ne peut tout de même pas souhaiter…             

Crédit photos: N2dodo- Shutterstock.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet