Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

GUADELOUPE : TRAQUE AUX OLIGARQUES RUSSES DANS LES CARAÏBES

Plusieurs pays de la région ont décidé d’arrêter de fournir leur nationalité à de riches ressortissants russes ou biélorusses. Il ne s’agit pas de sanctions à l’égard de la Russie, mais de précautions vis-à-vis des Etats-Unis et de leurs alliés, qui sont leurs principaux clients. Par ailleurs, la France et les Pays-Bas pistent les grands yachts de luxe des milliardaires russes visés par les sanctions, pour les saisir éventuellement.

On les appelle les « golden visa » ou « passeports dorés ». Contre de fortes sommes d’argent ou de gros investissements, les personnes fortunées peuvent acquérir la nationalité de plusieurs petits pays de la Caraïbe. Les oligarques russes en sont firands. C’est un moyen commode pour se mettre à l’abri en cas de besoin et d’être aussi chez soi dans tel ou tel paradis fiscal.

L’invasion de l’Ukraine a changé la donne. Ils ne sont plus forcément les bienvenus, du moins en ce moment. Les Américains pourraient en prendre ombrage. Ainsi à la Dominique, où ce fructueux programme est baptisé « Citoyenneté par investissement » (CPI), le responsable vient d’ordonner aux agences accréditées à cet effet de ne plus instruire les demandes adressées par des Russes ou des Biélorusses.

D’autres pays ont fait de même. A Antigua-et-Barbuda, la responsable du dispositif a mis en avant « les conditions (qui) se détériorent », les « sanctions (qui) s’allongent » et les difficultés grandissantes au plan juridique. 

A Sainte-Lucie, on tâche de préserver la poule aux œufs d’or, mais en cherchant à s’abriter d’éventuelles  mesures de rétorsion financières. Il est officiellement interdit aux intermédiaires d’accepter les transferts d’argent depuis les banques russes.

Pour que ce pays prenne ce risque, c’est que ce petit commerce doit être sacrément lucratif. Il est d’ailleurs symbolisé par Oleg Firer, un homme d’affaires qui a acquis la nationalité de Sainte-Lucie, avant de devenir son ambassadeur à Moscou. Une sorte de VRP du CPI, en somme.

Les luxueux yachts sous surveillance 

La haute saison dans la Caraïbe attire les milliardaires et leurs luxueux yachts, comme les fleurs attirent les abeilles butineuses.

Les autorités françaises et néerlandaises de la région les ont à l’œil au cas où ils auraient à saisir ou bien « geler » les avoirs de ceux qui figurent sur la liste des personnalités russes sanctionnées par l’Union européenne à la suite de l’invasion de l’Ukraine.

Le « My Sky », de 51m de long et d’une valeur de 40 millions de dollars, a été vu près de Saint-Barthélemy. Il appartient à Igor Kesaev, patron de Megapolis, le 1er distributeur de cigarettes en Russie. « Addiction », long de 52m et évalué 30 millions, a mouillé à Anguilla. Il est la propriété de Sergueï Adoniev, dirigent d’une entreprise qui prospère dans les  mobiles. « Le Grand Bleu », de 112m et d’une valeur de 150 millions, croisait devant Sint Maarten, partie hollandaise de Saint-Martin.

Eugène Shvidler l’a reçu de son ami et associé Roman Abramovitch à la suite d’un pari perdu. Le propriétaire du Football Club de Chelsea, dont il a choisi de s’éclipser discrètement, fait de même avec son immense yacht de 162 m de long et d’une valeur de 700 millions, baptisé… « Eclipse ».

Au mouillage également devant Sint-Maarten, selon des informations recueillies par Guadeloupe la 1ère, il a gagné le large et débranché son système automatique d’identification (AIS).

Crédit photos: Photocreo Bednarek – AdobeStock.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet