Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

GUYANE : CHRISTIANE TAUBIRA SUR LE TREMPLIN DE LA « PRIMAIRE POPULAIRE »

L’ancienne élue de la Guyane et Garde des sceaux de François Hollande disait « envisager » une nouvelle candidature à l’Elysée. Elle a franchi un pas décisif en se portant candidate à la « primaire populaire ». Il lui reste à postuler ouvertement et à ébaucher un programme pour séduire les électeurs de ce pré-scrutin. Autour d’elle, la rumeur dit que ce sera dès ce week-end.

Christiane Taubira a devant elle un sacré défi. Elle assure se battre pour que la gauche se présente unie à la prochaine présidentielle. Ses concurrentes lui rétorquent qu’elle ne sera qu’une candidate de plus, facteur de désunion et pas de rassemblement.

Alors, elle plaide sans relâche pour la primaire. Avant elle, Anne Hidalgo, candidate du PS, en panne dans les sondages, s’y était essayé, en vain. Elle ne cherchait en fait qu’à se mesurer à Yannick Jadot, le candidat des Verts, pour l’amener à se ranger derrière elle, le cas échéant.

La démarche de l’ancienne députée de Cayenne est plus consistante. Elle s’est inscrite à la « primaire populaire », lancée par des nostalgiques de l’union de la gauche. Aucun des candidats de gauche déclarés ne l’a fait, hormis des figures isolées. Jadot la rejette en disant que c’est « un microcosme, qui n’a de populaire que le nom ». Jean-Luc Mélenchon s’en désintéresse, préférant manifestement le combat à l’union.

La stratégie apparemment choisie par Christiane Taubira serait d’essayer de gagner le plus largement possible cette « primaire » un peu racornie. Cela lui servirait de tremplin, afin de tenter un double saut périlleux.

Munie de cette onction « populaire », elle essaierait d’abord d’entrainer, derrière elle, les orphelins du scrutin, candidats sans espoir ou sans parrainages, comme elle a déjà entrepris de le faire avec Arnaud Montebourg.

Puis, elle profiterait de la dynamique espérée pour grimper dans les sondages le plus haut possible, au point peut-être de susciter d’autres ralliements. Bref, rien n’est fait, mais pour que ça puisse arriver, il faut d’abord y croire. Et, à 69 ans, Christiane Taubira a toujours foi en son étoile.          

Ses handicaps

A son actif, la future candidate affiche bien haut la loi qui porte son nom, celle du mariage pour tous, alors portée par toute la gauche. Mais ses détracteurs, elle n’en manque pas en ce moment, lui rappellent aussi sa première candidature. Lors de la présidentielle de 2002, elle avait réuni 2,3 % des voix, terminant 13ème des 16 candidats. Les mauvaises langues ajoutent qu’elle avait ainsi contribué à l’élimination de Lionel Jospin.

Dans ses déclarations récentes, on lui a aussi reproché ses ambiguïtés au sujet de la vaccination anti-covid. Le ministre de la Santé a même stigmatisé une « lâcheté » à ce propos. Ce qui pouvait sembler habile à l’époque, vu de Guyane, pourrait s’avérer contre-productif dans le contexte actuel de flambée épidémique. 

Mais il n’y a pas de quoi la dissuader de suivre sa voie. Dans son entourage, on glisse qu’elle pourrait bien sauter le pas dès ce week-end, peut-être à Lyon, où elle fait un tour demain samedi.             

Crédit photos: CITYPRESS24_Picture Alliance.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet

OISE

AUNEUIL : LES HABITANTS OPPOSÉS À L’INSTALLATION D’UNE USINE DE MÉTHANISATION DANS LEUR COMMUNE

DÉVELOPPEMENT DURABLE

Ils étaient plus d’une centaine à manifester, samedi dernier, contre l’implantation d’un méthaniseur à quelques centaines de mètres du centre-ville de cette commune située au sud de Beauvais. Les manifestants reprochent, par ailleurs, au maire – l’un des agriculteurs à porter ce projet – de n’avoir volontairement pas assez communiqué sur ses intentions.