Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

GUYANE : COUVRE-FEU RÉDUIT ET REPRISE DES ACTIVITÉS

Les données sur le covid et sa diffusion dans le territoire demeurent inquiétants mais en baisse et le nombre des hospitalisations diminue nettement. Le préfet de Guyane, Thierry Queffelec, a donc décidé de réduire le couvre-feu et d’autoriser un grand nombre d’établissements à accueillir le public, à partir de ce lundi 12 juillet

Les mesures attendues par de nombreux professionnels ont bel et bien été prises, alors que la diffusion du virus reste relativement élevée.

La faute au variant gamma, celui qui provient du Brésil voisin et qui est très largement majoritaire en Guyane. Mais il n’y a aucun cas du variant Delta, le plus virulent pour l’instant. Et puis, les hospitalisations sont redescendues d’un tiers dans la semaine du 28 juin au 4 juillet, passant de 90 à 60. 

La Guyane bénéficie donc d’un desserrement important des contraintes en vigueur jusqu’à maintenant. Il n’y a plus de restriction en matière de déplacements, hors couvre-feu bien sûr. Celui-ci est désormais limité à la tranche horaire 21h-5h du matin. Les restaurants, bars, discothèques, salles de jeu, de sport ou de spectacles peuvent rouvrir en zone verte et, en dérogation du couvre-feu, accueillir le public jusqu’à 23h.   

Ni partout… 

Cependant certaines communes, où le taux d’incidence demeure plus élevé qu’ailleurs, ne sont pas ou pas encore classées en zone verte. C’est le cas en particulier de Saint-Laurent-du-Maroni et de Mana. Dans la région du Nord-Ouest, restaurants, bars et autres établissements restent fermés jusqu’à nouvel ordre. 

…ni pour tout

Les déplacements restent aussi sous contrôle pour les personnes qui n’ont pas ou pas encore reçu leurs doses de vaccin depuis au moins 15 jours. Celles-là seulement sont autorisées à franchir les contrôles routiers de Régina au sud et d’Iracoubo au nord ou à emprunter les vols intérieurs.

Les autres doivent toujours justifier d’un « motif impérieux » et présenter un test négatif. Pour sortir du territoire, les motifs impérieux sont encore aussi une nécessité.      

Crédit photos: Jade Prevost Manuel- Shutterstock.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet

SEINE-ET-MARNE

RECONQUÊTE DES FRICHES INDUSTRIELLES : QUATRE SITES RETENUES EN SEINE-ET-MARNE

SOCIÉTÉ

Dans le cadre du Plan de relance gouvernemental, l’État a sélectionné 46 projets d’aménagement de friches urbaines en Île-de-France dont quatre dans le département. Ce soutien financier de 589 millions d’euros au niveau national vise à contribuer à leur démolition, à leur dépollution ou à leur restructuration afin de redonner aux territoires une attractivité nouvelle.