Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

HABITAT SOCIAL : UNE RÉSIDENCE DE 80 LOGEMENTS VA VOIR LE JOUR À SAINT-LEU D’ESSERENT

Porté par Clésence et Linkcity, ce programme immobilier sera composé de trois bâtiments comprenant 21 logements locatifs sociaux et 59 logements locatifs intermédiaires. D’une surface moyenne de 68 mètres-carrés, il vise à accueillir la cellule familiale dans toute sa diversité. Le coût de cette opération est estimé à près de 15,2 millions d’euros.

Située entre Creil, Chantilly et Senlis, au sud de l’Oise, la petite ville de Saint-Leu d’Esserent (4.700 habitants) jouit d’une position géographique des plus attractives à proximité immédiate de l’Île-de-France.

Vendredi dernier, le maire de la commune, Frédéric Besset, a donné le coup d’envoi de la construction d’une nouvelle résidence de 80 logements, qui seront livrés à la fin de l’année prochaine.

« Le programme imaginé par Linkcity, cédé en Vefa (vente en l’état futur d’achèvement) à Clésence et réalisé par Bouygues Bâtiment Île-de-France – Brezillon Bâtiment, intègre trois bâtiments accueillant 21 logements locatifs sociaux et 59 logements locatifs intermédiaires », précisent les promoteurs.

Implantée en bordure de l’Oise, la résidence va se trouver à quelques mètres de la gare et des principaux axes de communication.

Une plus grande mixité sociale

« Outre l’insertion urbaine, la dimension humaine et sociale est une des priorités de Clésence. Les logements doivent pouvoir correspondre aux besoins et capacités des locataires. Les différents agréments – Prêt locatif aidé d’intégration (PLAI), Prêt locatif à usage social (Plus), Prêt locatif social (PLS) et Logement locatif intermédiaire (LLI) – permettent l’accessibilité au plus grand nombre, et de réaliser ainsi une parfaite mixité sociale », promet le bailleur social.

Côté architecture, la nouvelle résidence a été pensée pour se fondre avec l’habitat traditionnel existant en adoptant des toitures à deux pentes et une surface de façades adaptée à son environnement. L’investissement de plus de 15 millions d’euros a été réalisé à 90 % par un recours à l’emprunt.

Crédit photos: Andrii Yalanskyi – GettyImages.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet