Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

HAMIDA REZEG CANDIDATE À MEAUX POUR SUCCÉDER À COPÉ ET PARIGI

La 6ème circonscription de Seine-et-Marne a élu Jean-François Copé 3 fois de suite, puis Jean-François Parigi en 2017. Vice-présidente de la Région Ile-de-France, après avoir été élue municipale de Meaux, Hamida Rezeg a la mission de conserver à la droite républicaine cette circonscription-clé.

Le siège de député de la 6ème circonscription est vide depuis juillet dernier, lorsque Jean-François Parigi, touché par le cumul des mandats, a choisi de garder la présidence du conseil départemental de Seine-et-Marne, à laquelle il venait d’être désigné.

Cette circonscription est, avec la mairie de Meaux, toujours tenue par Jean-François Copé, l’une des clés du dispositif de la droite républicaine dans le nord du département. A charge pour Hamida Rezeg de la défendre comme ces deux prédécesseurs.

D’origine tunisienne, née à Meaux, naguère élue et adjointe de Copé tant à la ville qu’à la communauté d’agglomération, la jeune femme a beaucoup d’atouts en main. Et elle a pris soin de partir en campagne bien avant la présidentielle. Mais son élection n’est pas du tout gagnée d’avance. Le 10 avril, cette circonscription avait placé Marine Le Pen en tête, avec près de 28 %, 1 point devant Jean-Luc Mélenchon et 7 devant Emmanuel Macron, Valérie Pécresse étant à peine à 5 %.

La gauche en ordre de bataille

En 2017, Valérie Delage, déjà investie par La France Insoumise, avait été nettement battue au 1er tour. Cette fois-ci, la gauche s’est mise en ordre de bataille derrière elle, suite à l’accord conclu au niveau national. Les prétendants socialiste et communiste du cru se sont retirés à regret et l’ont fait savoir.

Pas sûr que la candidate d’union fasse le plein des voix chez les électeurs de gauche modérés, dont un certain nombre n’ont guère envie de voir son chef de file « élu premier ministre ». Elle a cependant de bonnes chances de sortir en tête du premier tour.

4 femmes en lice

Face à elle et à Hamida Rezeg, les lepénistes et les soutiens de Macron ont également désigné deux femmes. Béatrice Roullaud, avocate à Meaux, porte une fois de plus les couleurs du RN (ex-FN). Fatna Mekidiche, élue locale de Montévrain, défend celles de Renaissance (ex-LREM). Ce qui décidera de leur sort respectif, c’est d’abord la participation.

Dans cette circonscription, elle était de 74 % au premier tour de la présidentielle, mais seulement de 44 % au premier tour des législatives de 2017. Or, il faut réunir au moins les voix d’au moins 12,5 % des inscrits pour pouvoir se maintenir. Si la participation restait aussi basse, la barre serait autour de 30 % des suffrages exprimés.

La solution alternative, c’est d’être dans les deux premiers, automatiquement qualifiés pour le second tour. Hamida Rezeg doit donc devancer au moins 2 de ses 3 rivales.

Elle peut compter sur le soutien de ses mentors. Et si elle arrive, elle aura les meilleures chances d’être élue. Voici 5 ans, dans des circonstances assez proches, Jean-François Parigi avait été devancé de 7 points par la candidate LREM au premier tour et l’avait ensuite battue de plus de 10 points.

Crédit photos: Hamida Rezeg- Facebook.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet