Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

INSÉCURITÉ ROUTIÈRE : ACCROISSEMENT INQUIÉTANT EN SEINE-ET-MARNE

Le nombre d’accidents a augmenté sur les routes du département dans les dix premiers mois de l’année. Comparé à la même période en 2021, cette hausse paraît inquiétante. Le nombre de victimes est aussi en augmentation. Les gendarmes voient aussi s’amplifier les nouveaux comportements à risques, tels l’usage de stupéfiants et le téléphone au volant.

Depuis le début de l’année, à ce jour, 49 personnes ont perdu la vie sur les routes du département. Pour toute l’année 2021, il y en avait eu 51. Mais, statistiquement, c’est le mois de décembre qui s’avère le plus meurtrier en matière d’accidents de la circulation. Les conditions hivernales s’ajoutent à l’importance du trafic et au relâchement des automobilistes générés par la période des fêtes.

Il n’est pas étonnant qu’à l’approche de celles-ci les responsables de la sécurité routière et les gendarmes, qui sont en première ligne, prennent soin d’alerter les usagers de la route. De fait, les données pour les 10 premiers mois sont mauvaises. 42 personnes ont trouvé la mort dans les accidents, contre 38 durant la même période de 2021, soit 10 % de plus. Le nombre de blessés s’élève à 1 086 contre 839 l’année précédente, ce qui représente une augmentation de 29 %. Le total des accidents se monte à 835 contre 622, ce qui fait 34 % de plus.

Tout juste peut-on remarquer que s’il y a beaucoup d’accidents supplémentaires, ils font comparativement un peu moins de victimes.

Celles-ci sont pour dans leur grande majorité originaires de Seine-et-Marne (71 %). Vraisemblablement moins prudents ou concentrés sur la conduite, les hommes paient un bien plus lourd tribut à la route que les femmes. Ces dernières ne représentaient que 18 % des tuées et 33 % des blessés en 2021. Par tranche d’âge, ce sont les 25-44 ans qui sont les touchés avec 16 personnes tuées (9 en 2021), puis les 45-64 ans avec 12 morts (10 en 2021).         

Des facteurs aggravants

A noter aussi que figurent parmi les victimes, une forte proportion d’«usagers vulnérables », comme les piétons, cyclistes, motards et autres. Les voies les plus « accidentogènes » demeurent les routes départementales, où l’on recense 53 % des accidents mortels, mais c’est déjà bien moins que les 67 % constatés l’année précédente.

Les gendarmes constatent par ailleurs la montée progressive de nouveaux facteurs de risques, comme la consommation de stupéfiants avant de prendre le volant. Celle-ci est plus fréquente mais reste loin derrière la vitesse excessive, première cause des accidents mortels et l’absorption d’alcool ou les refus de priorité.

A ceux-là, s’ajoute le téléphone au volant, qui peut aller, selon la maréchaussée, jusqu’à l’envoi de sms ou le visionnage de vidéos tout en conduisant.

Crédit photos: Popksr – AdobeStock.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet

NATIONAL

SAPEURS-POMPIERS : UN LOGICIEL POUR AMÉLIORER LA QUALITÉ DES INTERVENTIONS TERRAINS DANS LE 42

CONTRIBUTIONS

Depuis 2016, le SDIS 42 gère l’ensemble de son patrimoine, ses achats et ses stocks avec une solution de GMAO (Gestion de la Maintenance Assistée par Ordinateur) . Ce sont plus de 70 casernes et 650 véhicules dont les demandes de maintenance sont traitées avec la solution IWS du groupe ISILOG. Ensemble, le SDIS 42 et l’éditeur de solution de GMAO ont contribué à construire un logiciel complètement adapté aux particularités du métier de sapeur-pompiers. Si à l’époque, le SDIS 42 était parmi les premiers à avoir choisi cet éditeur, plus d’une vingtaine de SDIS font désormais confiance à ISILOG.

Retour sur plus de 8 ans de partenariat avec Frédéric Teyssier, Responsable applicatif métier au sein de la DSI du SDIS42.

NATIONAL

LA RÉVOLUTION DIGITALE AU SERVICE DES MÉDECINS GÉNÉRALISTES

CONTRIBUTIONS

Santé connectée, e-santé, autant de termes que l’on entend tous les jours. Force est de constater que la révolution numérique a définitivement fait son entrée dans les cabinets médicaux. Si la digitalisation ne remplacera jamais les médecins, elle les accompagne aujourd’hui dans leur quotidien avec tout l’apport des nouvelles technologies : intelligence artificielle, analyse des données et même analyse prédictive.