Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

LA FACE CACHÉE DE NOS CONSOMMATIONS

La question des importations n’a jamais été autant au cœur de nos préoccupations. Le contexte géopolitique actuel et la guerre en Ukraine nous le rappellent avec plus d’insistance encore. 

C’est dans cette période troublée que paraît cette étude « La face cachée de nos consommations – Quelles surfaces agricoles et forestières importées ? », à un moment où nous mesurons nos dépendances, où tout ce qui semblait stable et solide, devient mouvant et instable.

Elle est le fruit d’un travail commencé de longue date à Solagro, qui offre depuis 40 ans les conditions fertiles et techniques pour parler des transitions de façon systémique, sans opposer énergie, agriculture, alimentation, biodiversité, climat mais en intégrant toutes ces dimensions.

L’idée de cette publication est née du temps où certains affirmaient que la France peut, doit, nourrir le monde. Mais ce monde contribue aussi beaucoup à nous nourrir. Il est temps de voir et d’assumer la face cachée de nos consommations qui impactent les surfaces agricoles et forestières à l’autre bout de la planète, utilisées pour produire nos biens de consommation courante, alimentaires et non-alimentaires.

C’est vrai, la France est exportatrice nette de 2,7 millions d’hectares. Néanmoins, ce solde positif cache de nombreux flux d’imports et d’exports et la France reste très dépendante de l’étranger. Les produits que nous importons (soja, cacao, café, viandes, huile de palme, coton, fruits et légumes, bois…) nécessitent une surface de 14 millions d’hectares hors de nos frontières soit 25% de la surface de la France. Et pour la plupart, ces productions génèrent de fortes pressions environnementales : déforestation, asséchement des nappes, usage massif de pesticides… et aussi sociales. Notre système n’est donc plus durable.

À nous de changer les choses

Pour passer à l’action et réduire notre empreinte importée, les leviers du scénario Afterres2050: sobriété, efficacité, relocalisation, substitution, équité peuvent être mobilisés.

De notre mode d’alimentation – plus de produits végétaux, moins de produits animaux, plus biologique, plus local, plus équitable et de saison – et de notre sobriété, dépendront l’importance de ces flux demain et de la pression que nous exercerons sur les ressources planétaires et la nature sauvage.

Cette étude fera l’objet d’une présentation dans le cadre d’interventions et tables rondes en ligne sur l’importance et l’impact des importations organisées par Solagro le vendredi 20 mai 2002, de 9h30 à 12h30 en visio-conférence. Programme et inscription sur ce lien.

La question de l’empreinte des surfaces importées et des leviers possibles d’action sera présentée et discutée avec la participation du Ministère de la Transition Écologique, de l’Ademe, de l’Agence Française de Développement, du CIRAD, du CIRED, de Commerce Équitable France, de l’IDDRI, du WWF et de Solagro.

 Philippe Pointereau, Solagro.

Crédit photos: Attasit Saentep- Shutterstock.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet