Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

LA GUYANE, CHAMPIONNE DE L’INSÉCURITÉ

Le ministère de l’Intérieur a publié, il y a 8 jours, un bilan de la criminalité et de la délinquance en France au cours de l’année dernière. Il fait apparaître une situation très alarmante en Guyane, qui collectionne les mauvais records dans ce domaine.

Pour la première fois, le Service statistique ministériel de la Sécurité intérieure (SSMSI) a intégré dans ses tableaux et ses analyses les DROM (Départements et régions d’outre-mer). Ce service a pour fonction de recenser, synthétiser et publier toute les données relatives à la délinquance et à la criminalité, de façon à rendre les évolutions dans ce domaine plus claires et transparentes. 

Il ressort de sa dernière livraison que les DROM accusent en moyenne un retard certain en matière de sécurité et que le moins bien loti est la Guyane. On peut en donner plusieurs exemples, mais trois d’entre eux sont particulièrement éloquents.

S’agissant des homicides, la moyenne nationale, établie sur 3 ans, s’affiche à 0,02 pour 1 000 habitants. A Mayotte, ce taux atteint 0,05 toujours pour 1 000 habitants, 0,06 en Martinique et 0,07 en Guadeloupe. Mais en Guyane, il est à plus du double que partout ailleurs et à plus de 6 fois la moyenne national, avec 1,13 homicide pour 1 000 habitants. 

La situation est encore plus contrastée, selon le SSMSI, concernant les vols avec armes. La moyenne nationale est à 0,13 pour mille habitants. En Guadeloupe et en Martinique, ce taux monte à 0,7 et à Mayotte jusqu’à 2,1. Mais en Guyane, il crève le plafond avec 3,6 pour 1 000 habitants.

Autre exemple éclairant, les violences sexuelles enregistrées par les services de sécurité. Elles sont en forte hausse partout. Elles atteignent 1,5 pour mille habitants dans les DROM, mais 2 en Guyane.        

Manque de moyens 

L’insécurité est un chantier urgent qui a pris du retard dans le territoire. Le mois dernier, le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, est venu y apporter sa pierre, avec le début des travaux du futur « hôtel de police » de Cayenne et différentes mesures annexes. Mais ce qui est en fait dans ce domaine, depuis toujours, paraît bien lent et insuffisant au regard des besoins.

C’est presque tous les jours que des drames se nouent ici. Dimanche deux jeunes de 20 ans ont été tués par balles à quelques rues et peut-être quelques heures d’écart dans la ville de Saint-Georges de l’Oyapock. L’orpaillage sauvage continue ses ravages. Samedi dernier, des « garimpeiros » ont attaqué nuitamment, mais en vain, un camp de gendarmes qui avaient saisi dans la journée leur ravitaillement.

Le lundi précédent, d’autres avaient carrément éventré un cimetière en cherchant de l’or sur la rive surinamienne du Maroni, avant d’être chassé par les forces de l’ordre des deux pays. Leurs méfaits répétés mettent en exergue le cruel manque de moyens dont souffre la Guyane dans le domaine de la sécurité.     

Crédit photos: Evgeniy Anikeev – GettyImages.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet

SEINE-ET-MARNE

SEINE-ET-MARNE : UNE VASTE FERME SOLAIRE LANCE LA MUTATION COMPLÈTE DE LA RAFFINERIE DE GRANDPUITS

ÉNERGIE

L’ancienne raffinerie de Grandpuits est en pleine reconversion. TotalEnergies y a comme objectif « zéro pétrole ». La première étape s’achève d’ici décembre prochain, avec la mise en service d’une ferme solaire de 28 hectares. Trois autres productions complèteront l’ensemble : le recyclage de plastiques ; la fabrication de plastiques alternatifs ; et celle de biocarburant pour les avions.