Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

LA PÊCHE A L’AIMANT FAIT TOUJOURS PLUS D’ÉMULES DANS L’YONNE

L’engouement semble ne pas faiblir. Sur les réseaux sociaux, les groupes consacrés à la pêche à l’aimant (ou pêche magnétique) comptent de plus en plus de membres. Cette technique de pêche un peu particulière, qui consiste à sonder les rivières et les étendus d’eau avec un aimant surpuissant relié à une corde afin de remonter […]

L’engouement semble ne pas faiblir. Sur les réseaux sociaux, les groupes consacrés à la pêche à l’aimant (ou pêche magnétique) comptent de plus en plus de membres. Cette technique de pêche un peu particulière, qui consiste à sonder les rivières et les étendus d’eau avec un aimant surpuissant relié à une corde afin de remonter des objets métalliques immergés, se définit avant tout comme écologique. « Notre objectif est de dépolluer les rivières que certains prennent pour des poubelles. Nous sortons toutes sortes de choses qui n’ont rien à y faire », explique un des adeptes icaunais sur une page dédiée. 

Barres de fer, canettes, vélos, cyclomoteurs, le liste des « trouvailles » est longue, d’autant plus que l’Yonne compte de nombreux cours d’eau, à commencer par la rivière éponyme. Dans cette chasse aux trésors, certains y voient un moyen de « se faire un peu d’argent de poche » en revendant les métaux remontés à la surface, d’autres cherchent le « graal » en espérant découvrir quelques précieux trophées. 

© Shutterstock

Mais si participer à la dépollution des rivières reste parfaitement louable, cette pratique n’en demeure pas moins illégale, en dehors de toute autorisation préalable, comme l’a rappelé récemment la préfecture de l’Yonne, « puisque toute prospection doit être considérée comme archéologique dès lors que sa finalité est la recherche de vestiges à caractère archéologique, historique ou militaire ». 

En résumé, les « magneteers » doivent donc obtenir l’approbation préfectorale, d’autant que cette pratique n’est pas anodine. « Elle peut amener à la découverte de munitions non explosées dans les cours d’eaux. Cette découverte fortuite de munitions et leur manipulation peut engendrer des risques. » 

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet