Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

LA RÉINSERTION DE 6 DÉTENUS DE MEAUX-CHAUCONIN PASSE PAR LA SCÈNE DU CHÂTELET

En ce début septembre, le Châtelet donne « Watch », une pièce chorale. Parmi les acteurs, il y a 6 détenus du centre pénitentiaire de Meaux-Chauconin. Leur travail avec le metteur en scène Olivier Fredj et le reste de la troupe fait partie de leur parcours de réinsertion.

« Watch » marie sur la scène du Théâtre du Châtelet, textes, musique et jeu des comédiens. La musique est elle-même un assemblage entre « Voyage d’hiver » (Winterreise), ultime chef d’œuvre de Franz Schubert, et des airs tziganes, électro ou pop. Les textes sont une mosaïque d’écrits dus à Marcel Proust, Michel Foucault ou Annie Ernaux, mais aussi à des mal-logés, des patients hospitalisés, des pensionnaires d’EPHAD, des élèves de CE1 et des prisonniers.

La mise en scène d’Olivier Fredj s’appuie sur le travail de comédiens professionnels et sur ce que « la force brute des personnes détenues », selon le texte de présentation de la pièce.

Une première version de « Watch » avait été donnée avant l’épidémie de covid, en septembre 2019, à la MC93 de Bobigny, avec déjà des détenus endossant leurs rôles. « Réponse festive pour temps fatigués » est le sous-titre choisi pour ce spectacle. Olivier Fredj explique qu’il a pour ambition de « faire de l’angoisse du temps une fête ». Il fait aussi écho à la vie derrière les barreaux. Les détenus ont pris part à l’écriture des textes mis en scène, comme d’autres, malades, personnes âgées, sans domicile fixe, écoliers qui voient le temps passer, s’étioler, se fragmenter…

Un travail d’insertion 

Le metteur en scène, comme il l’a confié à France 3 Ile-de-France, a bien apprécié de travailler avec eux. « Il y a très vite une différence qui s’impose c’est l’enthousiasme, indique-t-il. Un enthousiasme d’egos posés de côté, parfois abimés, qui s’engagent en tant que collectif. C’est un engagement pour faire société. » Parmi les comédiens, un ancien détenu lui fait écho : « C’est le début de la liberté avant même d’être sorti. C’est travailler l’imaginaire, pouvoir faire et aller où on veut sans même bouger. »

A l’évocation de la récente polémique sur la participation de détenus de Fresnes à des épreuves pour une œuvre humanitaire, il répond : « En leur ouvrant ces activités, ce n’est pas un cadeau qu’on leur fait, mais une clé qu’on leur tend pour les préparer à revenir dans la société. »

Le travail s’est fait en coopération avec le centre pénitentiaire de Meaux-Chauconin et le service d’insertion et de probation de Seine-et-Marne. Des fondations l’ont appuyé, comme celle du Conseil national des barreaux, la fondation Meyer, celle de La Poste ou le fonds de dotation Accor Heartist Solidarity. D’ailleurs le groupe Accor Hotel Arena est, comme d’autres recruteurs éventuels, présent aux représentations, à l’issue desquelles il pourra proposer des  entretiens d’embauche.

Crédit photos: Dbrnjhrj – AdobeStock.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet