Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

LA SEINE-ET-MARNE A OPTÉ POUR MACRON, QUI REMPORTE TOUTES LES VILLES IMPORTANTES

Le président sortant conserve la tête dans le département, avec près de 57 % des suffrages et plus de 80 000 voix d’avance sur sa rivale. Mais il en avait le double (160 000) en 2017. Ce sont les villes qui lui ont permis de résister victorieusement à la poussée lepéniste.

Le second tour de la présidentielle en est la démonstration éclatante : la Seine-et-Marne est coupé en deux, démographiquement et politiquement parlant. Il suffit de regarder les meilleurs scores de chacun des deux protagonistes. Macron l’emporte dans les 25 premières communes du département. Parfois avec parfois des scores très élevés : à Fontainebleau, il récolte plus de 70 % des suffrages, près de 72 % à Champs-sur-Marne et 74 % à Bussy-Saint-Georges.

En revanche, sa rivale fait ses meilleurs scores dans des bourgades et villages ruraux, hormis ceux de la région de Fontainebleau, qui a une forte vocation résidentielle. Dans ce département, comparé à l’Oise, la « ceinture noire » est un peu moins foncée et un peu moins étendue et elle se situe à l’est.

A noter que, dans les deux cas, c’est la partie qui est à la fois la moins urbanisée et la plus éloignée de Paris. Dans ces campagnes, les scores de Marine Le Pen avoisinent ou dépassent souvent les 60 %. 

L’explication sociologique est connue depuis longtemps : les habitants de ces zones à la fois rurales et péri urbaines ont souvent un double sentiment d’abandon et de crainte d’abandon devant le délitement des services publics et de crainte face aux évolutions du monde et de la société. Ils se renforcent l’un l’autre et poussent ces populations dans les bras des extrémistes.

Le bastion de Marne-la-Vallée

A l’inverse, c’est dans la partie la plus neuve, évoluée et dynamique que le président sortant obtient ses meilleurs résultats. La démonstration ici en est offerte par la ville nouvelle de Marne-la-Vallée. On l’a dit, Macron obtient ses meilleurs scores ici, entre Champs sur-Marne et Bussy-Saint-Georges.

Le cœur historique de Marne-la-Vallée, ce sont les 6 communes du secteur II. Macron y récolte : 67 ù des voix à Emerainville, 69 % à Croissy-Beaubourg, 71 % donc à Champs-sur-Marne, 72 % à Torcy, près de 76 % à Noisiel et 77 % à Lognes. L’ensemble de la ville nouvelle compte environ 321 000 habitants, soit un peu moins du quart de la population de Seine-et-Marne.

On peut parler ici de société à deux vitesses, entre ces deux parties de la Seine-et-Marne que tout semble opposer et qui symbolisent bien ce qui se passe à l’échelle nationale. Combler le fossé entre les deux devrait être la priorité du président réélu et de la future assemblée nationale, si jamais une majorité sort des prochaines élections législatives.   

Crédit photos: Antonio Borga – Picture Alliance.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet