Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

LA SEINE-ET-MARNE, AMOUREUSE DE ROSA BONHEUR

Le département francilien est intimement lié à ses peintres. Dernière preuve en est, l’annonce par le conseil départemental de l’acquisition prochaine de 231 biens ayant appartenus à Rosa Bonheur pour près de 355 000 euros. « L’acquisition de cette collection représentera un grand intérêt historique et patrimonial à conserver dans les lieux même où a résidé […]

Le département francilien est intimement lié à ses peintres. Dernière preuve en est, l’annonce par le conseil départemental de l’acquisition prochaine de 231 biens ayant appartenus à Rosa Bonheur pour près de 355 000 euros. « L’acquisition de cette collection représentera un grand intérêt historique et patrimonial à conserver dans les lieux même où a résidé Rosa Bonheur à la fin de sa vie », explique Olivier Morin, vice-président en charge de la culture et du patrimoine.     

« Le Département souhaite ainsi donner à voir à nos contemporains et aux générations futures, un témoin de ce qu’était un atelier d’artiste au XIXe siècle, tout en évitant le dispersement des œuvres. C’est aussi un levier d’attractivité fort pour notre territoire. La collectivité contribue ainsi à enrichir, valoriser et soutenir l’offre culturelle seine-et-marnaise. » Cette collection va, ainsi, retourner dans l’atelier de l’artiste au château de By, à Thomery, labellisé Maison des Illustres en 2011. C’est dans ce village, niché dans un des méandres de la Seine que la native de Bordeaux a vécu et travaillé pendant près de 40 ans.

Spécialisée dans la peinture animalière, celle qui a toujours refusé de s’associer à un mouvement artistique a connu de son vivant un succès hors du commun, notamment, avec Le Marché aux chevaux, en 1853. « Non conformiste, Rosa Bonheur refuse de se marier, porte les cheveux courts, fume le cigare et monte à cheval, non en amazone, mais comme un homme », rappelait Albert Algoud dans sa chronique « Il était une femme » sur France Inter. Proche de l’impératrice Eugénie et de William Cody, alias Buffalo Bill, elle a été la première femme à être promue Officier de la Légion d’honneur mais, aussi, l’une des premières à obtenir l’autorisation par la préfecture de police de porter des pantalons…

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet

OISE

BEAUVAIS : CAROLINE CAYEUX ENTRE DANS LE NOUVEAU GOUVERNEMENT

POLITIQUE

Celle qui tient les rênes de la mairie de Beauvais depuis 2001, et s’est récemment rapprochée de la majorité présidentielle, a été nommée ministre chargée des Collectivités territoriales sous la double tutelle du ministre de l’Intérieur et des outre-mer, Gérald Darmanin, et du ministre de la Transition écologique et de la cohésion des territoires, Christophe Béchu.

Sa nomination à un portefeuille ministériel était attendue. Elle est, à présent, confirmée. Caroline Cayeux a été appelée par Élisabeth Borne pour occuper le poste de ministre déléguée chargée des Collectivités territoriales au Gouvernement. Elle succède, en partie, à Amélie de Montchalin, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, battue lors des dernières élections législatives dans la sixième circonscription de l’Essonne.
Engagée depuis près de 40 ans au Rassemblement pour la République (RPR), à l’Union pour un mouvement populaire (UMP), puis chez les Républicains (LR), cette femme de droite proche de François Fillon faisait partie des 600 élus locaux à appeler à la réélection d’Emmanuel Macron, fin 2021. Conseillère régionale de Picardie de 2004 à 2011, puis sénatrice de l’Oise jusqu’en 2017, Caroline Cayeux n’avait encore jamais occupé de responsabilités ministérielles.

Réélue au premier tour

Élue en 2001 à la mairie de Beauvais, cette enseignante de formation a succédé au socialiste Walter Amsallem et a été régulièrement reconduite par les électeurs jusqu’à obtenir la majorité dès le premier tour lors des élections municipales de 2020. Elle préside, par ailleurs, depuis cette même année, l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT).
« Extrêmement honorée d’être nommée ministre déléguée aux collectivités territoriales. Cette marque de confiance m’honore et m’oblige. Je sais la richesse que sont nos territoires pour notre pays. Je les défendrai sans relâche, au service des habitants et des élus locaux », a-t-elle déclaré sur son compte Twitter.

Elle retrouvera au Gouvernement une autre personnalité de l’Oise, Isabelle Rome, qui a été confirmée au poste de ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances.