En signant il y a quelques jours la charte CapMétha77, le conseil départemental de la Seine-et-marne et ses partenaires souhaitent couvrir, d’ici 2030, 75% des besoins résidentiels du territoire avec un gaz 100 % renouvelable. À Moret-sur-Loing-et-Orvannes, c’est une nouvelle unité de méthanisation initiée par Cap Vert Énergie et la région Île-de-France qui sera opérationnelle dès l’an prochain.

Avec 12 unités de méthanisation d’origine agricole, la Seine-et-marne fait partie, aujourd’hui, des départements français les plus dynamiques en matière de production de bio gaz 100 % renouvelable. Demain, elle pourrait faire figure de leader en la matière. Le 22 juin, le conseil départemental, la chambre d’agriculture d’île-de-France, GRDF, GRT Gaz et un ensemble de partenaires institutionnels ont conclu une charte en ce sens. Baptisé CapMétha77, le programme s’inscrit dans la stratégie nationale « bas carbone » et entend développer la filière dans les 10 prochaines années.

Et les enjeux sont multiples : réduire les gaz à effet de serre, augmenter la production locale pour les usagers résidentiels et une mobilité décarbonée, valoriser les sous-produits agricoles, diversifier les activités économiques du secteur agricole… Une soixantaine de projets à différents stades d’avancement a, d’ores et déjà, été identifié.

À Mareuil-les-Meaux, par exemple, une nouvelle technologie de « compresseur intelligent » va bientôt être mise en service afin de favoriser, plus encore, le déploiement de la filière. À terme, ces unités de méthanisation devraient générer 2.500 GWh/an, soit l’alimentation en gaz pour le chauffage et les usages domestiques de 290.000 ménages (sur les 540.000 que comptent la Seine-et-Marne).

Equimeth va carburer au crottin de cheval

Il y a quelques semaines, déjà, Cap Vert Énergie et le conseil régional d’Ile-de-France débutaient, dans la commune de Moret-sur-Loing-et-Orvannes, la construction d’Equimeth, une unité territoriale de méthanisation. Cette centrale de production de biométhane renouvelable, qui représente un investissement de 14,2 millions d’euros, valorisera notamment les biodéchets issus de la restauration collective de la région ainsi que les rejets organiques des centres équestres. Sa mise en service est prévue pour le second semestre 2021.

C’est l’aboutissement d’un formidable projet bénéficiant à tous les acteurs du territoire : fertilisants pour les agriculteurs, meilleure gestion des déchets, réduction des émissions de gaz à effet de serre, créations de filières locales…

L’installation permettra d’alimenter les habitants de la commune de Moret-Loing-et-Orvanne, de Saint-Mammès, de Thomery, de Champagne-sur-Seine, d’Avon et de Fontainebleau, à hauteur de 15% de la consommation en gaz des habitants de ces communes. « C’est l’aboutissement d’un formidable projet bénéficiant à tous les acteurs du territoire : fertilisants pour les agriculteurs, meilleure gestion des déchets, réduction des émissions de gaz à effet de serre, créations de filières locales… », explique Benjamin Chkroun, conseiller régional et président du conseil de surveillance d’Île-de-France Énergies.

(Visited 168 140 times, 479 visits today)

Vous souhaitez devenir contributeur ?
Contactez-nous: redaction@lemediaa.com

Close
ipsum consequat. Sed venenatis, quis nec elit. Nullam tempus Praesent nunc ipsum
0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez