Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

L’AISNE FRAPPÉE PAR DE NOUVELLES RESTRICTIONS DE L’USAGE DE L’EAU

Depuis le 21 septembre, l’usage de l’eau est limité plus drastiquement dans le département picard. La préfecture de l’Aisne a pris un arrêté en ce sens et réglemente provisoirement la consommation à la fois pour les particuliers, les collectivités locales et les professionnels. « Le département de l’Aisne connaît depuis plusieurs semaines un déficit pluviométrique. Les […]

Depuis le 21 septembre, l’usage de l’eau est limité plus drastiquement dans le département picard. La préfecture de l’Aisne a pris un arrêté en ce sens et réglemente provisoirement la consommation à la fois pour les particuliers, les collectivités locales et les professionnels.

« Le département de l’Aisne connaît depuis plusieurs semaines un déficit pluviométrique. Les débits des rivières baissent rapidement et ont franchi les seuils de déclenchement de mesure de restriction des usages de l’eau sur quatre bassins du département », expliquent les services préfectoraux.

« Cette situation conduit à la signature d’un arrêté préfectoral restreignant provisoirement les usages de l’eau et plaçant en alerte les bassins de l’Aisne et de la Serre. Les bassins de l’Ourcq et de l’Automne restent en alerte conformément aux arrêtés du 21 août 2020. »

Parmi les dispositions prises, celles concernant la consommation d’eau par les particuliers sont les plus nombreuses. Le remplissage des piscines et le lavage privé des véhicules sont à présent interdits tout comme l’arrosage des pelouses implantés depuis plus d’un an. Quant à l’arrosage des potagers et des jardinières, il ne peut se faire qu’avant 10h00 ou après 18h00 à condition qu’il « soit géré de manière économique».

Les collectivités locales doivent, notamment procéder à une « limitation du nettoyage des chaussées, caniveaux, surfaces extérieures imperméabilisées et façades aux besoins strictement nécessaires pour assurer l’hygiène et la salubrité publique » et proscrire l’alimentation en eau des fontaines publiques en circuit ouvert. Concernant les activités professionnelles, plusieurs dispositions limitent l’irrigation des cultures selon la provenance de l’alimentation en eau et la nature des plantations. Les industries et les commerces doivent restreindre leur consommation « au strict nécessaire ».

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet

OISE

BEAUVAIS : CAROLINE CAYEUX ENTRE DANS LE NOUVEAU GOUVERNEMENT

POLITIQUE

Celle qui tient les rênes de la mairie de Beauvais depuis 2001, et s’est récemment rapprochée de la majorité présidentielle, a été nommée ministre chargée des Collectivités territoriales sous la double tutelle du ministre de l’Intérieur et des outre-mer, Gérald Darmanin, et du ministre de la Transition écologique et de la cohésion des territoires, Christophe Béchu.

Sa nomination à un portefeuille ministériel était attendue. Elle est, à présent, confirmée. Caroline Cayeux a été appelée par Élisabeth Borne pour occuper le poste de ministre déléguée chargée des Collectivités territoriales au Gouvernement. Elle succède, en partie, à Amélie de Montchalin, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, battue lors des dernières élections législatives dans la sixième circonscription de l’Essonne.
Engagée depuis près de 40 ans au Rassemblement pour la République (RPR), à l’Union pour un mouvement populaire (UMP), puis chez les Républicains (LR), cette femme de droite proche de François Fillon faisait partie des 600 élus locaux à appeler à la réélection d’Emmanuel Macron, fin 2021. Conseillère régionale de Picardie de 2004 à 2011, puis sénatrice de l’Oise jusqu’en 2017, Caroline Cayeux n’avait encore jamais occupé de responsabilités ministérielles.

Réélue au premier tour

Élue en 2001 à la mairie de Beauvais, cette enseignante de formation a succédé au socialiste Walter Amsallem et a été régulièrement reconduite par les électeurs jusqu’à obtenir la majorité dès le premier tour lors des élections municipales de 2020. Elle préside, par ailleurs, depuis cette même année, l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT).
« Extrêmement honorée d’être nommée ministre déléguée aux collectivités territoriales. Cette marque de confiance m’honore et m’oblige. Je sais la richesse que sont nos territoires pour notre pays. Je les défendrai sans relâche, au service des habitants et des élus locaux », a-t-elle déclaré sur son compte Twitter.

Elle retrouvera au Gouvernement une autre personnalité de l’Oise, Isabelle Rome, qui a été confirmée au poste de ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances.