Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

L’INDOMPTABLE LUCETTE MICHAUX-CHEVRY NOUS A QUITTÉS

Elle était la « Gran Madanm la » de la Guadeloupe. Lucette Michaux-Chevry, qui fut présidente de la région et ministre de Jacques Chirac, est morte à 92 ans, emportée par un cancer.

Rien ni personne ne pouvait l’abattre. C’est seulement en 2019 qu’elle a mis un terme à sa carrière politique active, après « soixante ans de (sa) vie consacrés au service de la Guadeloupe, mais surtout au service de chacun d’entre vous », écrivait-elle alors.

A 90 ans, elle était encore présidente de la communauté d’agglomération du sud Basse-Terre. La fatigue engendrée par la maladie, a fini par avoir raison de sa détermination sans faille. 

« Je suis redoutable, confiait-elle encore à Guadeloupe la 1ère voici 4 ans. La politique m’a transformée. Elle a fait quelqu’un de capable de recevoir tous les coups et d’attendre, d’attendre pour gagner. » Avocate de profession, Lucette Michaux-Chevry avait commencé, chez elle, à Gourbeyre, dans les rangs des socialistes.

En 1976, elle est élue conseillère générale du canton. Mais en 1981, suivant son penchant naturel pour un pouvoir assumé, elle s’engage à droite et prend parti pour la réélection de Valéry Giscard d’Estaing. Il est battu. Mais dans la foulée, en 1982, elle succède à son mentor, Lucien Bernier, à la tête de l’assemblée départementale. 

La « dame de fer » cherche à donner davantage de moyens et de capacité de décisions à sa chère île. Ce sera le combat de sa vie. Elle fera de même à la région, qu’elle préside de 1992 à 2004. En 1999, elle est à l’origine de la « Déclaration de Basse-Terre » cosignée par les présidents de Martinique et de Guyane, pourtant d’orientation différente de la sienne, réclamant une évolution institutionnelle des trois territoires vers une collectivité unique de plein exercice.

Lors du référendum de 2003, ce changement est rejeté en Guadeloupe mais adopté par les deux autres. Malgré cette déconvenue, elle continuera toujours à plaider dans ce sens.  

Fidèle de Chirac 

Mme Michaux-Chevry a aussi exercé plusieurs mandats nationaux. En 1988, elle est élue députée de la 4e circonscription. Entre temps, elle s’est vu confier le secrétariat d’Etat à la Francophonie dans le premier gouvernement de cohabitation, dirigé par Jacques Chirac. Une solide amitié se noue entre eux. 

1995 est une année charnière dans son parcours politique. Alors ministre déléguée aux Affaires étrangères, chargée de l’Action humanitaire et des Droits de l’homme, dans le gouvernement Balladur, elle est l’un des rares ministres à prendre position pour Chirac. Il gagne.

La même année, elle est élue sénatrice (1995-2011) et maire de Basse-Terre (1995-2014). Elle décide de se « consacrer à la Guadeloupe », non sans utiliser parfois des méthodes assez personnelles qui lui vaudront des démêlés avec la justice.   

Succession 

Dans son sillage, sa fille, Marie-Luce Penchard, entame une carrière administrative avant d’évoluer vers la politique à la faveur de l’élection de Nicolas Sarkozy. Elle est sa conseillère pour l’Outre-Mer à l’Elysée, avant de devenir ministre délégué à l’Outre-Mer dans le second gouvernement Fillon. Elle succède à sa mère dans le fauteuil de maire de Basse-Terre après l’élection de 2014.

Mais elle ne parviendra ni reprendre le siège de député ni à conserver la mairie de Basse-Terre, où elle est battue en 2020 par un socialiste. C’est elle qui a annoncé la disparition de sa mère, en écrivant sur sa page Facebook : « Ce soir (jeudi), à 19h48, entourée de ses proches, maman nous a quittés… j’ai mal… et notre chagrin est immense. » 

Crédit photos: Picture-alliance-photoshot.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet

SEINE-ET-MARNE

SEINE-ET-MARNE : UNE VASTE FERME SOLAIRE LANCE LA MUTATION COMPLÈTE DE LA RAFFINERIE DE GRANDPUITS

ÉNERGIE

L’ancienne raffinerie de Grandpuits est en pleine reconversion. TotalEnergies y a comme objectif « zéro pétrole ». La première étape s’achève d’ici décembre prochain, avec la mise en service d’une ferme solaire de 28 hectares. Trois autres productions complèteront l’ensemble : le recyclage de plastiques ; la fabrication de plastiques alternatifs ; et celle de biocarburant pour les avions.