Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

MALGRÉ LA CYBER ATTAQUE QUI L’A FRAPPÉ, LE DÉPARTEMENT DE SEINE-ET-MARNE GARANTIT LE VERSEMENT DES AIDES SOCIALES

Le conseil départemental de Seine-et-Marne fait face aux conséquences de la cyberattaque dont il a été la cible voilà une semaine. Malgré la paralysie de ses services informatiques, il assure que les aides et allocations seront versées aux ayant-droits. L’accueil est maintenu dans les permanences et, partout où c’est possible, des numéros de téléphone mobiles permettent de les joindre.

En dépit des efforts déployés pour y remédier, la paralysie des services informatiques du conseil départemental se prolonge. Ses équipes spécialisées et des experts en cyber-sécurité auscultent programmes et terminaux pour délimiter l’ampleur de l’attaque lancée le dimanche 6 novembre par des hackers, désinfecter ceux qui sont atteints ou bien mettre en place des circuits alternatifs. 

Il y en a sans doute pour plusieurs semaines. En attendant, les ayant-droit s’inquiètent logiquement du versement de leurs aides. La Sécurité sociale s’occupe des dépenses de santé, y compris l’indemnisation des arrêts maladie. La CNAV (Caisse nationale d’assurance vieillesse) et les autres caisses de retraite, comme leurs noms l’indiquent, ont en charge les pensions de retraite. La CAF (Caisse d’allocations familiales) verse les aides auxquelles ont droit les familles. L’assurance chômage ou Pôle Emploi supervise l’ARE (Allocation de retour à l’emploi). Elles ne sont pas touchés par cette cyber attaque. 

Pour sa part, le département gère d’importantes prestations sociales, telles l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), la prestation de compensation du handicap (PSH) ou encore l’aide sociale à l’hébergement (ASH), mais aussi le revenu de solidarité active (RSA). 

Pour éviter toute rupture dans leur versement, le conseil départemental a décidé que « tous les droits en cours seront automatiquement renouvelés ». Et il a demandé à la CAF de prendre en charge le « versement de leur allocation aux bénéficiaires du RSA ».      

Continuité des services et numéros utiles 

La paralysie des services informatiques a entrainé la mise hors-jeu des sites en ligne, des adresses mail et de la plupart des lignes téléphoniques fixes. Pour assurer la continuité du service public à l’échelon départemental, l’accueil du public est bien entendu maintenu, voire facilité. De plus, des numéros de portable sont mis à sa disposition pour joindre les services privés d’autres moyens de communication.

Il en va ainsi des 14 Maisons départementales des solidarités (MDS). Toutes sont ouvertes et joignables aux numéros suivants : Chelles – 06 75 04 47 96 ; Coulommiers – 07 85 74 82 78 ; Fontainebleau – 06 74 75 49 55 ; Lagny-sur-Marne – 06 07 99 59 49 ; Meaux – 06 07 90 66 32 ; Melun Val-de-Seine – 06 80 24 85 84 ; Mitry-Mory – 06 80 24 86 00 ; Montereau – 06 08 00 14 66 ; Nemours – 06 02 03 29 29 ; Noisiel – 06 80 24 85 73 ; Provins – 06 34 64 42 15 ; Roissy-en-Brie – 06 76 09 50 31 ; Sénart – 06 07 19 94 25 ; Tournan-en-Brie – 07 85 77 62 24.

Les 6 points autonomie territoriaux demeurent accessibles aussi bien par  mail que par téléphone aux adresses et numéros habituels. La direction des routes est joignable pour les situations d’urgence au 01 64 10 31 86 ou au 06 77 43 43 74. Celle des transports, au 06 72 98 80 03. Celle de l’eau, l’environnement et l’agriculture, au 06 76 09 50 41.

La maison départementale des personnes handicapées (MDPH), au 06 30 33 22 31. Les archives, au 07 85 61 26 46. Et la médiathèque départementale, au 06 33 16 02 55.    

Crédit photos: JeanLuc – AdobeStock.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet

OISE

À COMPIÈGNE, DES TRANSPORTS COLLECTIFS TOUJOURS PLUS ÉCOLOGIQUES

DÉVELOPPEMENT DURABLE

Tandis que les collectivités territoriales prennent des mesures de sobriété énergétique pour faire face à l’envolée des prix, la communauté d’agglomération de la région de Compiègne (Arc) renouvelle progressivement sa flotte de bus dans le cadre de la transition environnementale. Ainsi, deux nouveaux véhicules vont être alimentés au BioGNV, un carburant plus écologique.