Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

MARTINIQUE : GRÈVE DES TRANSPORTS PUBLICS EN ZONE CENTRE

La grève se prolongeait une deuxième journée dans les transports en commun du réseau Centre, à Fort-de-France, Le Lamentin, Saint-Joseph et Schœlcher. La moitié des lignes de bus sont à l’arrêt, ainsi que celles du TCSP. Des négociations sont en cours entre les syndicats et la direction de Martinique Transport.

La grève a commencé hier, le 17 janvier. Elle a très vite affecté de nombreuses lignes de bus du réseau Centre, qui dessert toute l’agglomération de Fort-de-France, de Schœlcher au Lamentin.

Selon Martinique Transport, la régie territoriale unique des transports en commun, une ligne sur deux n’est pas du tout desservie, de même que les deux lignes à fort débit du TCSP (Transport en commun en site propre).

La cause de cet arrêt de travail serait une fumeuse affaire de prime. Certains personnels auraient touché leur « prime covid », d’un montant de 1 000 euros, tandis que d’autres n’auraient, semble-t-il, rien reçu. Ce serait apparemment lié au fait d’être salarié de telle ou telle entité, puisque la régie fonctionne avec des entreprises privées sous contrat.

Toujours est-il que ceux qui se sont mis en grève sont les salariés des sociétés Setrac, Transurbain et TransNav. Ils réclament non seulement le versement de la fameuse prime, mais aussi l’ouverture des négociations annuelles obligatoires (NAO) pour 2020-2021. C’est une obligation qui a l’air d’avoir pris du retard…

Le jour même où les débrayages ont commencé, une réunion a eu lieu entre le président de Martinique Transport, David Zobda, maire du Lamentin et conseiller exécutif, et des représentants du personnel. Un accord aurait été mis par écrit. Mais on ne sait pas s’il concerne tous les salariés impliqués. Toujours est-il que, pour le moment, il n’a pas été avalisé. En revanche, le mouvement à l’air de s’étendre, puisqu’il touche plusieurs lignes supplémentaires par rapport à hier.      

Les lignes affectées…   

D’après les informations diffusées sur son site par Martinique Transport, les lignes du réseau Centre qui sont à l’arrêt aujourd’hui en raison de la grève sont les suivantes :

1-2-3-9-11-13-19-20-21-22-24-25-27-29-31-32-33-100-104-105-110-111-112-114-211-320- 421-422. Ne circulent pas davantage les deux lignes A et B du TCSP.    

Et celles qui fonctionnent, en principe 

D’après la régie territoriale, les lignes suivantes auraient un fonctionnement à peu près normal :

4-5-10-12-14-15-16-18-28-30-301-302-303-304-307-340-341-401-402-403-406-408-416-426-440-441-442 et 444.

Martinique Transport demeure assez avare d’informations, à propos d’un conflit qu’elle semble ne pas encore bien maîtriser. Tout en s’excusant de la gêne occasionnée, elle dit prudemment que « la situation est susceptible d’évoluer ».     

Crédit photos: Pigio1958 – AdobeStock.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet

OISE

BEAUVAIS : CAROLINE CAYEUX ENTRE DANS LE NOUVEAU GOUVERNEMENT

POLITIQUE

Celle qui tient les rênes de la mairie de Beauvais depuis 2001, et s’est récemment rapprochée de la majorité présidentielle, a été nommée ministre chargée des Collectivités territoriales sous la double tutelle du ministre de l’Intérieur et des outre-mer, Gérald Darmanin, et du ministre de la Transition écologique et de la cohésion des territoires, Christophe Béchu.

Sa nomination à un portefeuille ministériel était attendue. Elle est, à présent, confirmée. Caroline Cayeux a été appelée par Élisabeth Borne pour occuper le poste de ministre déléguée chargée des Collectivités territoriales au Gouvernement. Elle succède, en partie, à Amélie de Montchalin, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, battue lors des dernières élections législatives dans la sixième circonscription de l’Essonne.
Engagée depuis près de 40 ans au Rassemblement pour la République (RPR), à l’Union pour un mouvement populaire (UMP), puis chez les Républicains (LR), cette femme de droite proche de François Fillon faisait partie des 600 élus locaux à appeler à la réélection d’Emmanuel Macron, fin 2021. Conseillère régionale de Picardie de 2004 à 2011, puis sénatrice de l’Oise jusqu’en 2017, Caroline Cayeux n’avait encore jamais occupé de responsabilités ministérielles.

Réélue au premier tour

Élue en 2001 à la mairie de Beauvais, cette enseignante de formation a succédé au socialiste Walter Amsallem et a été régulièrement reconduite par les électeurs jusqu’à obtenir la majorité dès le premier tour lors des élections municipales de 2020. Elle préside, par ailleurs, depuis cette même année, l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT).
« Extrêmement honorée d’être nommée ministre déléguée aux collectivités territoriales. Cette marque de confiance m’honore et m’oblige. Je sais la richesse que sont nos territoires pour notre pays. Je les défendrai sans relâche, au service des habitants et des élus locaux », a-t-elle déclaré sur son compte Twitter.

Elle retrouvera au Gouvernement une autre personnalité de l’Oise, Isabelle Rome, qui a été confirmée au poste de ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances.