Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

MARTINIQUE : PAS DE COUVRE-FEU LA NUIT DE NOËL

Les mesures sanitaires renforcées prises par le préfet sont maintenues. La situation est inquiétante et les données récentes semblent annoncer l’arrivée d’un nouvelle vague épidémique. Le couvre-feu reste en vigueur. Mais une dérogation est annoncée pour la nuit de Noël. Ce sera la seule.

Une dégradation relative de la situation sanitaire dans l’île a contraint les autorités à resserrer le dispositif de protection. D’un côté, les derniers chiffres rendus publics par l’ARS (Agence régionale de santé) de la Martinique montrent que, vendredi dernier, le taux d’incidence a grimpé à 161 nouveaux cas pour 100 000 habitants. De l’autre, ils relèvent que le nombre de vaccinations stagne. Impossible donc, surtout à l’approche des fêtes de fin d’année, avec l’arrivée prévisible de touristes, de relâcher les contraintes destinées à protéger la population, fragilisée par la méfiance ambiante vis-à-vis du vaccin. 

Parmi les mesures renforcées prises par les autorités le 8 décembre, le rétablissement du couvre-feu, de 20h à 5h du matin sur tout le territoire, est la plus marquante. Il oblige à invoquer des « motifs impérieux », d’ordre professionnel, familial ou de santé, pour sortir de chez soi, dûment muni d’une « attestation de déplacement dérogatoire » et d’un justificatif. Il n’est de plus assorti d’aucune réduction pour les établissements recevant du public (restaurants, bars, salles de sport ou de spectacles, etc.).  

Cependant, samedi dernier, le préfet de la Martinique a publié un communiqué pour officialiser la levée exceptionnelle du couvre-feu pour la nuit du 24 au 25 décembre. La tradition veut que ce soit « la nuit de Noël », celle au cours de laquelle le « petit Jésus » serait venu au monde dans la crèche de Bethléem. Décision prise « en raison du caractère familial et traditionnel de Noël », a argumenté Stanislas Cazelles, le préfet.   

Ce « caractère familial » tranche, bien sûr, avec la nuit de la Saint-Sylvestre, propice à bien plus de mélanges et d’excès et donc à la circulation du virus. Pas besoin d’un dessin, il n’y aura pas de dérogation pour cette nuit-là.   

Omicron en approche 

C’est tout de même un risque que prend le préfet. Un risque calculé, certes, qui va permettre de relâcher un peu la pression en cette fin d’année si festive d’ordinaire, au moment sans doute le moins dangereux. Mais sa décision pourrait s’avérer périlleuse si le nouveau variant Omicron s’invitait à la fête. L’ARS de la Guadeloupe a annoncé samedi qu’il avait été détecté dans l’archipel ainsi qu’à Saint-Martin et que plusieurs cas de contamination éventuelle étaient en cours d’analyse. 

Pour les Martiniquais, cette information signifie que le variant le plus contagieux depuis le début de l’épidémie vient de faire un bond de 6 750 km dans leur direction. Du coup, ils devraient faire bien attention à prendre toutes les précautions nécessaires pour célébrer Noël en famille. Et surtout ne pas regretter de sacrifier le réveillon du nouvel an ou bien de le fêter en toute intimité.      

Crédit photos: Dusan Stankovic – Gettyimages.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet