Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

« NOTRE INDÉPENDANCE EST IMPORTANTE POUR POUVOIR AIDER DES ENFANTS HANDICAPÉS DU DÉPARTEMENT DES ARDENNES YVON ROSSIT

J’ai commencé en 2002 un peu par hasard, un bénévole récoltait des bouchons pour l’association je l’ai aidé à ranger et je suis venu de plus en plus souvent à l’association puis j’ai aidé à charger le camion. De fil en aiguille, on m’a demandé de reprendre l’association quand le président est tombé malade en […]

J’ai commencé en 2002 un peu par hasard, un bénévole récoltait des bouchons pour l’association je l’ai aidé à ranger et je suis venu de plus en plus souvent à l’association puis j’ai aidé à charger le camion. De fil en aiguille, on m’a demandé de reprendre l’association quand le président est tombé malade en 2009. J’ai donc repris l’association à 44 ans, on était 6 et aujourd’hui on est 110 membres sur tout le Département.

Avant nous étions rattachés à l ’association Un bouchon un sourire mais nous avons décidé de prendre notre autonomie afin de garder l’argent sur le département, on fonctionne donc en interne à 100%. D’où le lancement des P’tits Bouchons d’Ardennes.

Nous sommes indépendants depuis 15 ans. Notre indépendance est importante pour pouvoir aider des enfants handicapés du département des Ardennes et avant nous devions envoyer l’argent sur Paris sans en voir les retombées locales.

De plus, au sein des P’tits Bouchons d’Ardennes nous avons décidé d’axer notre action spécifiquement sur les enfants handicapés.

Collecte de bouchons plastique au profit des enfants handicapés

Les gens mettent de côté leurs bouchons sans les jeter, ils les déposent ensuite dans l’un des 150 points de collecte présent sur le département des Ardennes. Nous récoltons ensuite ces bouchons. Il y a aussi des centaines de personnes qui veulent collecter ponctuellement autour d’eux, auprès des amis, de la famille, de leur immeuble et qui nous donne la collecte. C’est une véritable fourmilière. Nous stockons tout cela dans notre local à Villers-Semeuse qui a mis à disposition un local grâce auquel nos actions sont possibles. Nous vendons ensuite ces bouchons à une usine, nous faisons partir le tout en semi-remorque, environ trois semi-remorques par an qui nous rapportent entre 10 000 euros et 11 000 euros. Cette année, c’est différent à cause du confinement mais les gens ont tout de même gardé les bouchons et nous les ont déposés.

On achète du matériel, on pense toujours au fauteuil mais c’est réducteur en réalité il y aussi des prothèses, l’aménagement de véhicule pour les enfants handicapés ou l’aménagement de logement. Nous intervenons également lorsque des enfants ont besoin de certains soins qui ne sont pas pris en charge par la Sécurité Sociale, nous essayons d’aider.

C’est le cas d’opérations à l’étranger, de certains soins de kinésithérapie qui sont très peu remboursés, on ne peut pas laisser ces familles comme ça.

Nous travaillons avec les assistantes sociales et les établissements de santé qui font appel à nous, ils nous sollicitent et nous aidons ces familles.

Sur l’achat d’un fauteuil par exemple, il y a une part de sécurité sociale, une part mutuelle et il reste toujours un reste à charge : nous intervenons à ce moment-là.

On ne donne pas que de l’argent d’ailleurs, on donne aussi du temps et de l’amour. Les collectes de bouchons sur tout le Département, ne peuvent être faites sans le réseau de bénévoles et des membres qui sont très actifs.

Grâce aux P’tits Bouchons d’Ardennes nous aidons une vingtaine de familles ardennaises par an.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet

OISE

BEAUVAIS : CAROLINE CAYEUX ENTRE DANS LE NOUVEAU GOUVERNEMENT

POLITIQUE

Celle qui tient les rênes de la mairie de Beauvais depuis 2001, et s’est récemment rapprochée de la majorité présidentielle, a été nommée ministre chargée des Collectivités territoriales sous la double tutelle du ministre de l’Intérieur et des outre-mer, Gérald Darmanin, et du ministre de la Transition écologique et de la cohésion des territoires, Christophe Béchu.

Sa nomination à un portefeuille ministériel était attendue. Elle est, à présent, confirmée. Caroline Cayeux a été appelée par Élisabeth Borne pour occuper le poste de ministre déléguée chargée des Collectivités territoriales au Gouvernement. Elle succède, en partie, à Amélie de Montchalin, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, battue lors des dernières élections législatives dans la sixième circonscription de l’Essonne.
Engagée depuis près de 40 ans au Rassemblement pour la République (RPR), à l’Union pour un mouvement populaire (UMP), puis chez les Républicains (LR), cette femme de droite proche de François Fillon faisait partie des 600 élus locaux à appeler à la réélection d’Emmanuel Macron, fin 2021. Conseillère régionale de Picardie de 2004 à 2011, puis sénatrice de l’Oise jusqu’en 2017, Caroline Cayeux n’avait encore jamais occupé de responsabilités ministérielles.

Réélue au premier tour

Élue en 2001 à la mairie de Beauvais, cette enseignante de formation a succédé au socialiste Walter Amsallem et a été régulièrement reconduite par les électeurs jusqu’à obtenir la majorité dès le premier tour lors des élections municipales de 2020. Elle préside, par ailleurs, depuis cette même année, l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT).
« Extrêmement honorée d’être nommée ministre déléguée aux collectivités territoriales. Cette marque de confiance m’honore et m’oblige. Je sais la richesse que sont nos territoires pour notre pays. Je les défendrai sans relâche, au service des habitants et des élus locaux », a-t-elle déclaré sur son compte Twitter.

Elle retrouvera au Gouvernement une autre personnalité de l’Oise, Isabelle Rome, qui a été confirmée au poste de ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances.