Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

NOUVEAU CONFINEMENT EN MARTINIQUE

Face au tsunami de contaminations qui menacent de submerger les hôpitaux de l’île, le préfet de la Martinique a instauré un nouveau confinement sur l’ensemble du territoire à partir de ce vendredi 30 juillet et pour 3 semaines au minimum

Etat d’urgence sanitaire et couvre-feu n’ont donc pas suffi. Les mesures prises par les pouvoirs publics à la mi-juillet se sont révélées insuffisantes pour enrayer la croissance vertigineuse des nouveaux cas de covid. Les autorités n’avaient plus le choix. L’ultime solution pour enrayer l’implacable progression de cette 4ème vague annoncée réside dans le retour à un strict confinement.

Si celui-ci s’impose sans délai, c’est que les Martiniquais constituent pour une bonne part d’entre eux des proies toutes désignées pour le virus. Ce sont les personnes âgées ou en de santé précaire et pour la plupart non protégées par un vaccin. Les responsables et les médecins du CHU se sont publiquement alarmés de ces deux données observées sur l’île ces derniers jours.

D’une part, elle avait le plus fort taux de contaminations : taux d’incidence de 986/100 000 habitants du 19 au 25 juillet. D’autre part, elle présentait le taux de vaccination le plus bas : 16,14 % des plus de 12 ans avaient reçu un vaccin complet.             

Contraintes ouvertement contestées 

Motif d’inquiétude supplémentaire, les contraintes sanitaires sont ouvertement contestées par une partie non négligeable de la population. Ce qui a entraîné divers mouvements et manifestations pacifiques, suivies de deux nuits de violences à Fort-de-France.

Le calme est revenu avec les renforts de police, mais l’état d’esprit demeure, entraînant un refus larvé d’appliquer les consignes de précaution. C’est donc malgré une partie d’entre eux que les autorités doivent protéger les Martiniquais des ravages de l’épidémie et recourir au confinement.      

L’assistance de l’AP-HP

Il faut aussi faire appel à la solidarité nationale. Les hôpitaux martiniquais sont menacés d’être submergés par les victimes de l’épidémie. Pour les soulager, le service de santé des armées y a déployé des personnels formés et compétents pour recevoir les patients et les prendre en charge. 

De plus, l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) se prépare à pouvoir « très rapidement accueillir » des malades venus des Antilles. Selon son directeur général, les premiers transferts interviendraient dans les prochains jours si les autorités le décident.

Par ailleurs, les salariés de l’APHP en congé aux Antilles auront la possibilité de faire du « volontariat à l’hôpital » et donc de rester « quelques jours » sur place.

Crédit photos: Paula Photo- Shutterstock.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet