Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

OISE : ÉRIC WOERTH ANNONCE SA CANDIDATURE AU PERCHOIR

Réélu dimanche dernier dans la quatrième circonscription sous les couleurs de la majorité présidentielle, le député de l’Oise a fait part, hier, de son intention d’être le prochain président de l’Assemblée nationale et ainsi de succéder à Richard Ferrand. Plusieurs élus de La République en marche (LREM) ont déjà fait acte de candidature comme Barbara Pompili et Joël Giraud.

La défaite de Richard Ferrand dans la sixième circonscription du Finistère, lors du second tour des élections législatives, a entraîné de facto la vacance de la présidence de l’Assemblée nationale. L’ancien ministre du Budget de Nicolas Sarkozy, Éric Woerth, a déclaré dans Le Parisien, hier, son intention de briguer le poste.

Celui qui occupait jusqu’ici la présidence de la commission des finances et qui a rallié Emmanuel Macron avant l’élection présidentielle a réitéré sur Twitter son envie de prendre de la hauteur dans un hémicycle que beaucoup considèrent « ingouvernable » en l’absence de majorité absolue.

« Je suis candidat à la présidence de l’Assemblée nationale. Je veux incarner une Assemblée nationale qui travaille sérieusement et mettre au service des parlementaires mon expérience. » Avant cela, il devra convaincre de l’opportunité de sa candidature chez les députés LREM comme à l’Élysée.

Un poste, six candidats

Outre le député de la quatrième circonscription de l’Oise, cinq autres candidats de la majorité ont annoncé leur intention de présider la chambre basse, dont trois anciens membres du Gouvernement de Jean Castex.

L’ancienne ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, l’ancien ministre de la Cohésion des territoires, Jean Giraud, et l’actuelle ministre des Outre-mers, Yaël Braun-Pivet, sont, en effet, en lice, tout comme le président de la commission des affaires économiques, Roland Lescure, et la députée de Loire-Atlantique, Sophie Errante.

En fin d’après-midi, une réunion stratégique devrait révéler le nom de l’heureux élu. « Puis l’élection du titulaire devra être confirmée mardi prochain dans l’hémicycle, lors d’un vote à bulletin secret de l’ensemble des députés », rappelle cependant BFM TV.

Crédit photos: Sport Moments – Picture Alliance – Photononstop.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet

OISE

BEAUVAIS : CAROLINE CAYEUX ENTRE DANS LE NOUVEAU GOUVERNEMENT

POLITIQUE

Celle qui tient les rênes de la mairie de Beauvais depuis 2001, et s’est récemment rapprochée de la majorité présidentielle, a été nommée ministre chargée des Collectivités territoriales sous la double tutelle du ministre de l’Intérieur et des outre-mer, Gérald Darmanin, et du ministre de la Transition écologique et de la cohésion des territoires, Christophe Béchu.

Sa nomination à un portefeuille ministériel était attendue. Elle est, à présent, confirmée. Caroline Cayeux a été appelée par Élisabeth Borne pour occuper le poste de ministre déléguée chargée des Collectivités territoriales au Gouvernement. Elle succède, en partie, à Amélie de Montchalin, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, battue lors des dernières élections législatives dans la sixième circonscription de l’Essonne.
Engagée depuis près de 40 ans au Rassemblement pour la République (RPR), à l’Union pour un mouvement populaire (UMP), puis chez les Républicains (LR), cette femme de droite proche de François Fillon faisait partie des 600 élus locaux à appeler à la réélection d’Emmanuel Macron, fin 2021. Conseillère régionale de Picardie de 2004 à 2011, puis sénatrice de l’Oise jusqu’en 2017, Caroline Cayeux n’avait encore jamais occupé de responsabilités ministérielles.

Réélue au premier tour

Élue en 2001 à la mairie de Beauvais, cette enseignante de formation a succédé au socialiste Walter Amsallem et a été régulièrement reconduite par les électeurs jusqu’à obtenir la majorité dès le premier tour lors des élections municipales de 2020. Elle préside, par ailleurs, depuis cette même année, l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT).
« Extrêmement honorée d’être nommée ministre déléguée aux collectivités territoriales. Cette marque de confiance m’honore et m’oblige. Je sais la richesse que sont nos territoires pour notre pays. Je les défendrai sans relâche, au service des habitants et des élus locaux », a-t-elle déclaré sur son compte Twitter.

Elle retrouvera au Gouvernement une autre personnalité de l’Oise, Isabelle Rome, qui a été confirmée au poste de ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances.