Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

OISE : LES RETOMBÉES DES JO DANS LE DÉPARTEMENT N’ONT PAS ATTENDU 2024

Pour accompagner les Jeux Olympiques de Paris 2024, un programme d’équipements sportifs est mis en œuvre dans tout le pays. 15 nouvelles installations, dont plusieurs « city stades », sont ainsi prévues dans l’Oise. Certaines sont déjà ouvertes et d’autres le seront bientôt.

Le Parc de loisirs des Bords de l’Oise, à Compiègne, permet aux jeunes de se dépenser et perfectionner leur jeu sur le city stade tout neuf qui l’agrémente. Basket ou foot sont au programme. « Ils viennent tous les jours et restent jusqu’à la fermeture », a dit en souriant le gardien du parc à nos confrères du Parisien. Ils n’ont souvent qu’une ou deux rues à traverser, car le nouveau city stade jouxte le quartier prioritaire du Clos des Roses, où beaucoup demeurent.

Ce terrain de sport moderne est le fruit du « Programme des équipements sportifs de proximité ». Ce plan national a pour objectif déclaré de « profiter des JO à Paris pour développer la pratique sportive ». Faute d’équipements aisément accessibles, celle-ci est à la traîne dans les quartiers défavorisés et les territoires ruraux. Ce plan leur est donc dédié. Il a été doté de 200 millions d’euros, dont 784 000 euros pour l’Oise.

Il devrait permettre au total l’ouverture d’une quinzaine d’installations nouvelles, dont un dizaine de « city stades » sûrs et pratiques. Celui du Parc de loisirs de Compiègne a été inauguré fin juillet. Mais à Breteuil, il y aura des terrains de padel, un skate park à Sainte-Geneviève, un boulodrome et une piste bicross pour bmx à Liancourt, etc.   

A Montagny-Sainte-Félicité, petite commune de 430 habitants voisine d’Ermenonville, les travaux du city stade débuteront d’ici la fin de l’année et devraient s’achever l’an prochain. Il offrira notamment un terrain de foot synthétique capable de se muer facilement en patinoire.

Il sera mis à la disposition des écoliers, ainsi que des associations, y compris celle qui pratique le tir à l’arc. Son coût est évalué à 100 000 euros, dont la moitié prise en charge par le programme national lié aux JO.     

37 « centres de préparation » aux Jeux 

Les autres retombées dont bénéficie le département, labellisé « Terre de Jeux 2024 », sont en relation plus directe avec les Jeux. 37 sites sportifs de l’Oise ont été retenus par le comité d’organisation de Paris 2024 comme « centres de préparation ».

Ils concernent pas moins de 59 disciplines différentes. Ils devaient, pour cela, répondre aux critères exigés par celles-ci et le comité olympique, en matière de performances et de sécurité, mais aussi d’accueil, d’hébergement, de restauration… Ils seront proposés aux délégations étrangères, olympiques ou paralympiques, comme lieux d’entraînement et de préparation aux épreuves.

Crédit photos : Rarrarorro – Adobestock.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet