Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

 » PLAN BLANC  » AU CHU ET APPEL À L’AIDE DES MÉDECINS HOSPITALIERS

La hausse inquiétante des contaminations au covid a donc conduit le pouvoir à décréter « l’état d’urgence sanitaire » en Martinique. Mais aussi le CHU à déclencher le « plan blanc » pour lui permettre de faire face à l’afflux de malades. Et les médecins hospitaliers à lancer un appel à l’aide.

Les pires prévisions étaient donc justifiées. Depuis le 28 juin, le nombre de cas d’infection détectés a été quasiment multiplié par 10, passant de 110 par semaine à 997 la semaine dernière (voir Lemediaa.com au 13/07). Après les annonces du président de la République, voici le Centre hospitalier universitaire (CHU) qui s’adapte à cette situation alarmante.

L’activation du « plan blanc » décidée dès lundi 12 juillet va lui permettre de disposer des moyens nécessaires pour ne pas se laisser déborder par des patients de plus en plus nombreux et sérieusement atteints. Ce qui implique de déprogrammer des interventions et des traitements moins urgents, de façon à libérer des lits, et de mobiliser davantage de personnels de santé.

Première conséquence, ceux qui envisageaient de prendre leurs congés en dehors de la Martinique seront invités à les différer pour se rendre facilement disponibles. De toute façon, les restrictions sur les vols longue distance comme vers les destinations proches sont déjà dissuasives.

L’inquiétude des médecins

Plusieurs praticiens, affiliés au syndicat martiniquais des hospitaliers, ont, de leur côté, lancé un véritable appel à l’aide. Leur crainte vient d’abord du manque de réaction, voire de lucidité, de la population. Leur communiqué souligne que « la Martinique détient le triste record du département le moins vacciné de France ».

Et comment ne pas faire le lien avec la situation actuelle ? Ils appellent les voyageurs à la responsabilité, afin de « limiter l’entrée de nouveaux variants ». Surtout, ils incitent tous les habitants à « appliquer strictement les mesures barrière » et à « se faire vacciner pour être protégé et pour protéger ses proches ».

Selon eux, cette responsabilité s’exerce aussi vis-à-vis des autres malades qui voient le virus envahissant les priver des soins espérés. « Il est inacceptable de laisser consommer toutes ces ressources sanitaires par une seule maladie », précisent-ils. Ils ne cachent pas leur inquiétude : « Le risque d’être submergé et de voir la mort l’emporter est réel. »

Crédit photos: Photos- Adobestock.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet