Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

RIEN NE VA PLUS À LA FÉDÉRATION « LES RÉPUBLICAINS » DE L’OISE !

Dans un communiqué officiel, la direction nationale a annoncé la mise sous tutelle de la fédération départementale et l’éloignement de son président par intérim, le sénateur Édouard Courtial. Les divergences récurrentes sur la stratégie politique vis-à-vis de la majorité présidentielle étaient devenues insolubles. Un scrutin interne va être organisé à l’automne.

La campagne pour les élections présidentielles et législatives a laissé des traces dans le paysage politique de l’Oise, où le parti « Les Républicains » (LR) faisait, il y a peu encore, la pluie et le beau temps.

Après le ralliement tonitruant d’Éric Woerth au Président de la République, Emmanuel Macron et, en filigrane, la bérézina de la candidature de Valérie Pécresse, la razzia du Rassemblement national (RN) lors du dernier scrutin a, semble-t-il, donné l’estocade à la section locale.

Le secrétaire général, Aurélien Pradié, a donc tranché et a annoncé, mardi dernier, la mise sous tutelle de la fédération LR de l’Oise. « Nous conduirons désormais et de manière transitoire les affaires courantes. » Et pour cause. En quelques mois, les cadres du parti se sont, un à un, rapprochés, de manière plus ou moins ostensible, de la majorité présidentielle dans le sillage de l’ancien ministre du Budget de Nicolas Sarkozy. Un positionnement incompatible avec la ligne d’opposition frontale adoptée par Christian Jacob et la direction nationale.

Table rase

Président par intérim, le sénateur Édouard Courtial qui avait appelé à voter pour des candidats « Renaissance » lors des législatives, a été écarté, tout comme la secrétaire départementale adjointe, Manoëlle Martin, qui a fait campagne pour Éric Woerth.

« Nous nous sommes réunis vendredi midi, en présence des parlementaires et de la présidente du conseil départemental, sauf bien sûr Édouard Courtial. Tous ont convenu que la mise sous tutelle était la meilleure solution », a expliqué le sénateur Jérôme Bascher, au Courrier picard.

En attendant, un chargé de mission a été nommé pour l’organisation d’un scrutin interne à la rentrée. Le parti de droite compte encore des personnalités de premier plan comme le député de la cinquième circonscription, Pierre Vatin, ou la présidente du conseil départemental de l’Oise, Nadège Lefebvre. Mais l’ombre de l’ancien maire de Chantilly devrait planer encore longtemps sur la fédération.

Crédit photos : Mairie D’Agnetz.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet