Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

SAÔNE-ET-LOIRE : ANDRÉ ACCARY EN DÉSACCORD SUR LA STRATÉGIE VACCINALE

De nombreuses personnalités politiques se sont inquiétées ouvertement de la stratégie adoptée par le Gouvernement pour le déploiement du vaccin contre la Covid-19 dans les territoires. Lenteur, lourdeur administrative, impréparation, incompétence, les griefs sont nombreux et les mots sont durs. En Saône-et-Loire, concernée par le couvre-feu avancé à 18h00 depuis le 2 janvier, le président […]

De nombreuses personnalités politiques se sont inquiétées ouvertement de la stratégie adoptée par le Gouvernement pour le déploiement du vaccin contre la Covid-19 dans les territoires.

Lenteur, lourdeur administrative, impréparation, incompétence, les griefs sont nombreux et les mots sont durs. En Saône-et-Loire, concernée par le couvre-feu avancé à 18h00 depuis le 2 janvier, le président du conseil départemental, André Accary, a fait part de son scepticisme au Président de la République, Emmanuel Macron, dans une lettre ouverte.

« Le vaccin est le seul remède connu à ce jour pour retrouver nos vies d’avant. Vous souhaitez, je le sais, aller vite pour ce dossier. Sur le terrain, nous le souhaitons également. Pour autant, entre ces deux volontés, nous sommes confrontés à des lourdeurs et des lenteurs incompréhensibles, et constatons parfois même une forme d’impréparation que nous ne pouvons accepter », écrit André Accary.

« Dans mon département de Saône-et-Loire, entre les hôpitaux, les médecins libéraux, les infirmiers et professionnels de santé, nos 60 médecins généralistes salariés et 28 centres de consultation du Centre de santé départemental, nous sommes prêts et mobilisés pour participer à cette campagne de vaccination. »

Le président de l’assemblée départementale regrette que la gestion de la crise sanitaire ait été confiée à l’Agence régional de santé (ARS) plutôt qu’au préfet « en lien avec les professionnels de santé, les départements et les communes ». Avant d’ajouter : « Il me semble donc urgent de changer le pilotage de la campagne de vaccination dans nos territoires, et de faire confiance aux acteurs de terrain. »

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet

OISE

BEAUVAIS : CAROLINE CAYEUX ENTRE DANS LE NOUVEAU GOUVERNEMENT

POLITIQUE

Celle qui tient les rênes de la mairie de Beauvais depuis 2001, et s’est récemment rapprochée de la majorité présidentielle, a été nommée ministre chargée des Collectivités territoriales sous la double tutelle du ministre de l’Intérieur et des outre-mer, Gérald Darmanin, et du ministre de la Transition écologique et de la cohésion des territoires, Christophe Béchu.

Sa nomination à un portefeuille ministériel était attendue. Elle est, à présent, confirmée. Caroline Cayeux a été appelée par Élisabeth Borne pour occuper le poste de ministre déléguée chargée des Collectivités territoriales au Gouvernement. Elle succède, en partie, à Amélie de Montchalin, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, battue lors des dernières élections législatives dans la sixième circonscription de l’Essonne.
Engagée depuis près de 40 ans au Rassemblement pour la République (RPR), à l’Union pour un mouvement populaire (UMP), puis chez les Républicains (LR), cette femme de droite proche de François Fillon faisait partie des 600 élus locaux à appeler à la réélection d’Emmanuel Macron, fin 2021. Conseillère régionale de Picardie de 2004 à 2011, puis sénatrice de l’Oise jusqu’en 2017, Caroline Cayeux n’avait encore jamais occupé de responsabilités ministérielles.

Réélue au premier tour

Élue en 2001 à la mairie de Beauvais, cette enseignante de formation a succédé au socialiste Walter Amsallem et a été régulièrement reconduite par les électeurs jusqu’à obtenir la majorité dès le premier tour lors des élections municipales de 2020. Elle préside, par ailleurs, depuis cette même année, l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT).
« Extrêmement honorée d’être nommée ministre déléguée aux collectivités territoriales. Cette marque de confiance m’honore et m’oblige. Je sais la richesse que sont nos territoires pour notre pays. Je les défendrai sans relâche, au service des habitants et des élus locaux », a-t-elle déclaré sur son compte Twitter.

Elle retrouvera au Gouvernement une autre personnalité de l’Oise, Isabelle Rome, qui a été confirmée au poste de ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances.