Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

SAÔNE-ET-LOIRE : ANDRÉ ACCARY EN DÉSACCORD SUR LA STRATÉGIE VACCINALE

De nombreuses personnalités politiques se sont inquiétées ouvertement de la stratégie adoptée par le Gouvernement pour le déploiement du vaccin contre la Covid-19 dans les territoires. Lenteur, lourdeur administrative, impréparation, incompétence, les griefs sont nombreux et les mots sont durs. En Saône-et-Loire, concernée par le couvre-feu avancé à 18h00 depuis le 2 janvier, le président […]

De nombreuses personnalités politiques se sont inquiétées ouvertement de la stratégie adoptée par le Gouvernement pour le déploiement du vaccin contre la Covid-19 dans les territoires.

Lenteur, lourdeur administrative, impréparation, incompétence, les griefs sont nombreux et les mots sont durs. En Saône-et-Loire, concernée par le couvre-feu avancé à 18h00 depuis le 2 janvier, le président du conseil départemental, André Accary, a fait part de son scepticisme au Président de la République, Emmanuel Macron, dans une lettre ouverte.

« Le vaccin est le seul remède connu à ce jour pour retrouver nos vies d’avant. Vous souhaitez, je le sais, aller vite pour ce dossier. Sur le terrain, nous le souhaitons également. Pour autant, entre ces deux volontés, nous sommes confrontés à des lourdeurs et des lenteurs incompréhensibles, et constatons parfois même une forme d’impréparation que nous ne pouvons accepter », écrit André Accary.

« Dans mon département de Saône-et-Loire, entre les hôpitaux, les médecins libéraux, les infirmiers et professionnels de santé, nos 60 médecins généralistes salariés et 28 centres de consultation du Centre de santé départemental, nous sommes prêts et mobilisés pour participer à cette campagne de vaccination. »

Le président de l’assemblée départementale regrette que la gestion de la crise sanitaire ait été confiée à l’Agence régional de santé (ARS) plutôt qu’au préfet « en lien avec les professionnels de santé, les départements et les communes ». Avant d’ajouter : « Il me semble donc urgent de changer le pilotage de la campagne de vaccination dans nos territoires, et de faire confiance aux acteurs de terrain. »

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet