Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

SAÔNE-ET-LOIRE : QUI ÉTAIT JEAN-BAPTISTE GREUZE, CITOYEN DE TOURNUS ?

À Paris, à Tours, à La Rochelle et dans de nombreuses autres villes de France, des rues portent son nom. Dijon lui a consacré une avenue. Né le 17 août 1725 à Tournus, Jean-Baptiste Greuze fait la fierté de la petite cité bourguignonne où un musée regroupe quelques-unes de ses œuvres. Le peintre du roi, […]

À Paris, à Tours, à La Rochelle et dans de nombreuses autres villes de France, des rues portent son nom. Dijon lui a consacré une avenue. Né le 17 août 1725 à Tournus, Jean-Baptiste Greuze fait la fierté de la petite cité bourguignonne où un musée regroupe quelques-unes de ses œuvres. Le peintre du roi, qui a connu un immense succès au siècle des Lumières, « jusqu’en Russie », a souvent été associé au style rococo en voulant interpréter la vertu selon l’imaginaire de la bourgeoisie de l’époque. Aujourd’hui, son empreinte artistique reste largement méconnue.  

« On retrouve ses oeuvres dans les musées du monde entier dont le Louvre, le British Museum, l’Albertina de Vienne (Autriche) et le Musée de l’Ermitage à Saint-Petersbourg », souligne la ville de Tournus. Ces œuvres sont aussi présentes au Metropolitan Museum of Art de New York ou encore au musée des Beau-Arts de Boston. À Tournus, les amateurs de peinture pourront découvrir « deux autoportraits de l’artiste et une Étude pour Septime Sévère et Caracalla qui a servi pour son morceau de réception à l’Académie en 1769 ainsi qu’une très importante collection de gravures et dessins originaux. »

Ancien élève du peintre lyonnais Charles Gandon, puis de Charles-Joseph Natoire à l’Académie royale de peinture et de sculpture, Jean-Baptiste Greuze va connaitre la gloire avec son tableau Accordée de village dès 1761. Certaines de ses œuvres, comme La Malédiction paternelle – un diptyque composé des toiles Le fils ingrat et Le fils puni – ou Les Œufs cassés, participent à son succès. Il meurt néanmoins ruiné par la Révolution française en 1805 à Paris.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet

MARNE

ARTS DU CIRQUE : LES ÉCHAPPÉES DE CHÂLONS-EN-CHAMPAGNE ONT MIS LE PAQUET !

CULTURE

La semaine dernière lors du weekend du 29 juin au 3 juillet 2022 se sont déroulées « les Echappées » au CNAC de Châlons-en-Champagne. Au terme de 3 années de formation en « Arts du Spectacle et du cirque », les 14 élèves de la 34ème promotion du CNAC ont présenté le panel de leurs compétences dans leurs projets individuels à la créativité libre. Au total, une dizaine de disciplines circassiennes ont été représentées, pour le plus grand plaisir des yeux ! A cette occasion, nous avons rencontré quelques élèves. Retour sur ce moment fort made in Châlons-en-Champagne !

OISE

BEAUVAIS : CAROLINE CAYEUX ENTRE DANS LE NOUVEAU GOUVERNEMENT

POLITIQUE

Celle qui tient les rênes de la mairie de Beauvais depuis 2001, et s’est récemment rapprochée de la majorité présidentielle, a été nommée ministre chargée des Collectivités territoriales sous la double tutelle du ministre de l’Intérieur et des outre-mer, Gérald Darmanin, et du ministre de la Transition écologique et de la cohésion des territoires, Christophe Béchu.

Sa nomination à un portefeuille ministériel était attendue. Elle est, à présent, confirmée. Caroline Cayeux a été appelée par Élisabeth Borne pour occuper le poste de ministre déléguée chargée des Collectivités territoriales au Gouvernement. Elle succède, en partie, à Amélie de Montchalin, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, battue lors des dernières élections législatives dans la sixième circonscription de l’Essonne.
Engagée depuis près de 40 ans au Rassemblement pour la République (RPR), à l’Union pour un mouvement populaire (UMP), puis chez les Républicains (LR), cette femme de droite proche de François Fillon faisait partie des 600 élus locaux à appeler à la réélection d’Emmanuel Macron, fin 2021. Conseillère régionale de Picardie de 2004 à 2011, puis sénatrice de l’Oise jusqu’en 2017, Caroline Cayeux n’avait encore jamais occupé de responsabilités ministérielles.

Réélue au premier tour

Élue en 2001 à la mairie de Beauvais, cette enseignante de formation a succédé au socialiste Walter Amsallem et a été régulièrement reconduite par les électeurs jusqu’à obtenir la majorité dès le premier tour lors des élections municipales de 2020. Elle préside, par ailleurs, depuis cette même année, l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT).
« Extrêmement honorée d’être nommée ministre déléguée aux collectivités territoriales. Cette marque de confiance m’honore et m’oblige. Je sais la richesse que sont nos territoires pour notre pays. Je les défendrai sans relâche, au service des habitants et des élus locaux », a-t-elle déclaré sur son compte Twitter.

Elle retrouvera au Gouvernement une autre personnalité de l’Oise, Isabelle Rome, qui a été confirmée au poste de ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l’égalité des chances.