Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

SEINE-ET-MARNE : COMMENT FAIRE POUR TROUVER DU CARBURANT ALORS QUE LA PÉNURIE S’ÉTEND ?

La grève des salariés de l’industrie pétrolière se prolonge. La distribution de carburant ralentit. Des stations-services ferment, d’autres sont assaillies. La Seine-et-Marne est elle aussi touchée. Il existe cependant des moyens de trouver où et comment se ravitailler. Voici quelques pistes.

 Les négociations salariales sont censées reprendre aujourd’hui chez TotalEnergies et Esso France.

En attendant, plusieurs des principales raffineries du pays sont à l’arrêt. Il est facile de comprendre le calcul et la frustration des grévistes, confrontés comme tout un chacun à l’inflation, alors que Total vient de distribuer un « dividende exceptionnel » à ses actionnaires pour un montant global de 2,62 milliards d’euros.

Mais il est difficile d’accepter qu’ils prennent ainsi en otage des millions d’automobilistes, déjà touchés par la hausse vertigineuse des prix des carburants.

La Seine-et-Marne n’y échappe pas. Elle a pour l’instant évité les mesures de restriction qui affectent les départements voisins, comme l’Aisne, l’Oise et le Val d’Oise. D’après le ministère de la Transition énergétique, 30 % des stations-services sont plus ou moins touchées par la pénurie, mais celles des Hauts-de-France le sont davantage. Ici, d’après un site spécialisé, une cinquantaine de stations-services seraient fermées. D’autres ne délivreraient plus que certains types de carburant moins demandés, comme le GPL ou l’E 85. 

De plus, l’impact du défaut de ravitaillement en gazole a entraîné l’arrêt de plusieurs lignes de bus, en particulier dans le secteur de La Chapelle-la-Reine, apprend-on sur le site du département. C’est le cas de lignes régulières, qui assurent notamment dudit secteur vers les établissements scolaires de Fontainebleau et Nemours, ainsi que celles qui font la liaison avec la gare de Fontainebleau Avon.

Cela concerne aussi les navettes de ramassage scolaire pour les écoles primaires et RPI (Regroupement pédagogique intercommunal) de la zone. Résultat, ces élèves qui n’ont pas de car pour aller à l’école, il faut que leurs parents les y conduisent en voiture, mais pour ça, il leur faut du carburant…              

Informations et conseils  

La pénurie est amplifiée par le comportement moutonnier de nombre d’automobilistes. Pour éviter d’être pris dans la cohue ou de se retrouver à sec, il existe des sites d’information permanente, plus ou moins fiables.

Le site officiel www.prix-carburants.gouv.fr recense les stations ouvertes et ce dont elles disposent comme réserves de carburants. Evidemment, il est assailli en ce moment et il faut se montrer très patient pour y accéder. 

Le site www.mon-essence, doté d’une application pour smartphone, indique pour sa part les stations fermées, ainsi que ce qui n’est pas disponible dans celles qui sont encore ouvertes. La lecture est facilitée par une carte détaillée. Mais les informations sont parfois aléatoires, suivant le temps mis pour les mettre en ligne et celui qui s’en charge. L’arrivée d’une citerne de ravitaillement n’est ainsi pas toujours signalée, pour éviter la ruée des véhicules assoiffés.

Deux conseils pour finir. Mieux vaut éviter de remplir des jerricanes, c’est mal vu par les autres. Et puis, ce sera bientôt interdit, si ce n’est pas déjà le cas, en Seine-et-Marne comme ailleurs. Il est au contraire recommandé d’aller se servir la nuit, avant de regagner son lit, pour éviter les queues interminables et les frictions éventuelles.    

Crédit photos: Filo – GettyImages.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet

OISE

À COMPIÈGNE, DES TRANSPORTS COLLECTIFS TOUJOURS PLUS ÉCOLOGIQUES

DÉVELOPPEMENT DURABLE

Tandis que les collectivités territoriales prennent des mesures de sobriété énergétique pour faire face à l’envolée des prix, la communauté d’agglomération de la région de Compiègne (Arc) renouvelle progressivement sa flotte de bus dans le cadre de la transition environnementale. Ainsi, deux nouveaux véhicules vont être alimentés au BioGNV, un carburant plus écologique.