Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

SEINE-ET-MARNE : ENQUÊTE À LA PRISON DE MEAUX-CHAUCONIN APRÈS LE DÉCÈS D’UN DÉTENU

Que s’est-il passé le lundi 25 janvier en fin d’après-midi au centre pénitentiaire de Meaux-Chauconin ? Incarcéré en détention provisoire pour des faits de violences conjugales, Jimony Rousseau, un jeune homme de 28 ans habitant Lagny-sur-Marne, a été transféré au Grand hôpital de l’Est francilien (GHEF), à la suite d’un arrêt cardio-respiratoire. Il y est […]

Que s’est-il passé le lundi 25 janvier en fin d’après-midi au centre pénitentiaire de Meaux-Chauconin ? Incarcéré en détention provisoire pour des faits de violences conjugales, Jimony Rousseau, un jeune homme de 28 ans habitant Lagny-sur-Marne, a été transféré au Grand hôpital de l’Est francilien (GHEF), à la suite d’un arrêt cardio-respiratoire. Il y est décédé le mardi 2 février.

Selon le parquet de Meaux, il « aurait refusé de réintégrer sa cellule depuis la cour de promenade, et adopté un comportement tour à tour très agité et agressif ; puis il se serait opposé violemment à son menottage, notamment en mordant au sang lun des surveillants pénitentiaires, lesquels usaient de la contrainte pour le faire lâcher prise et le maîtriser. Vu son comportement, ils le transportaient jusquau quartier disciplinaire où il était alors procédé à sa fouille. » Ce n’est qu’après, que le personnel pénitentiaire aurait appelé les secours, « les surveillants constatant quil était devenu subitement calme ».

Malgré une autopsie de l’Institut médico-légal de Paris qui ne remet pas en cause les circonstances du décès, la famille du détenu doute de la version officielle et lance un appel à témoignages, soutenu par plusieurs associations dont le « Collectif urgence notre police assassine ». « La prison de Meaux a annoncé à la famille de Jimony quil avait fait une crise cardiaque pourtant des hématomes sont visibles sur son visage, comme dans toutes les affaires semblables à Jimony ladministration pénitentiaire annonce aux familles une crise cardiaque ou un suicide. Quand est-ce que cela va sarrêter ? »

La police judiciaire de Versailles a été chargée d’une enquête « en recherche des causes de la mort » par le parquet de Meaux. Le Garde des Sceaux, Éric Dupond-Moretti, a, quant à lui, ordonné une inspection interne.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet