Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

SEINE-ET-MARNE : LES COMMUNES MOBILISÉES POUR LA PRÉSERVATION DE LA QUALITÉ DE L’EAU

19 nouvelles communes de Seine-et-Marne sont venues s’ajouter aux 177 qui ont déjà renoncé aux produits de traitement chimiques dans leurs espaces verts. Le département, avec l’association Aqui’Brie, les a récompensées en leur remettant le trophée Zéro Phyt’Eau, ce 11 octobre au château de Blandy-les-Tours. Il les aide aussi à mettre en place des solutions alternatives.

« Zéro Phyt’Eau », le jeu de mot retenu pour nommer ce trophée résume bien l’enjeu de la démarche. La qualité de l’eau recueillie et utilisée sur le territoire d’une commune, d’un canton ou d’un département dépend évidemment des pollutions qui la menacent et de la façon dont on les prévient. La première de ces sources de pollution, la plus quotidienne et la plus répandue, ce sont les traitements d’origine chimique utilisés pour les cultures, le jardinage, l’entretien des espaces verts, etc., baptisés « produits phytosanitaires ». 

Ce vocable paraît rassurant, mais il recouvre ce qu’on appelle aussi « pesticides » ou « herbicides ». Le ruissellement les entraîne jusque dans les nappes phréatiques. A partir de certains degrés de concentration, ils représentent une menace sérieuse pour la santé. Ce qui affecte directement la ressource en eau potable des territoires concernés. D’où l’initiative du département.     

Le Trophée Zéro Phyt’Eau a été créé en 2013. Il est remis chaque année aux communes qui n’ont plus recours à ces produits pour développer et entretenir leurs espaces verts. Les 19 communes récompensées cette année sont : Beauchery-Saint-Martin, Bois-le Roi, Boissettes, Boitron, Brie-Comte-Robert, Chambry, La Chapelle-la-Reine, Collégien, Egligny, Gressy, La Houssaye-en-Brie, Lognes, Maincy, Montcourt-Fromonville, Obsonville, Pontcarré, Rampillon, Thorigny-sur-Marne et Tousson.                

Un effort de long terme

Cette politique a été amplifiée par le 3ème Plan départemental de l’eau, qui court sur 7 ans jusqu’en 2024. Celui-ci prévoit que la Seine-et-Marne accompagne et fédère tous les acteurs concernés par cet enjeu. Le département s’appuie pour cela sur le Sepoma (Service de l’eau potable et des milieux aquatiques).

Il peut aussi compter sur différents partenaires, notamment la région Ile-de-France, les différents comités de bassin et les agences de l’eau, mais aussi des associations très investies comme Aqui’Brie. Celle-ci s’est constituée pour protéger l’aquifère de Champigny, l’immense nappe phréatique au cœur de la Seine-et-Marne, de Crécy-la-Chapelle au nord jusqu’à Montereau-Fault-Yonne au sud et de Provins à l’est jusqu’à Draveil dans l’Essonne.

Cet effort de long terme porté par un vaste réseau vertueux porte ses fruits. Désormais, 196 communes ont complétement abandonné l’emploi des pesticides et autres polluants des nappes. La quasi-totalité des communes de Seine-et-Marne est suivie par le Sepoma et plus ou moins engagée dans la même démarche. Pour les y encourager, le département leur attribue des subventions, par exemple pour réaménager les cimetières ou pour mettre en place des solutions alternatives aux produits phytosanitaires, notamment le traitement mécanique des surfaces.

L’exemple des communes devrait inciter les particuliers encore hésitants, jardiniers ou agriculteurs, à renoncer à leur tour à l’utilisation de ces produits polluants et dangereux.    

Crédit photos: Peter Bocklandt – GettyImages.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet