Nos régions
Carte de la France - Grand-Est
Carte de la France - Bourgogne-Franche-Comté
Carte de la France - Île-de-France
Carte de la France - Occitanie
Carte de la France - Haut-de-France
Plus

SEINE-ET-MARNE : LES RÉPUBLICAINS ET LA TENTATION RN

La campagne pour les élections départementales menace de faire imploser la majorité de « droite plurielle » en place depuis six ans. Dans le canton de la Ferté-sous-Jouarre, la vice-présidente du conseil départemental, Martine Bullot, et le maire de Jouarre, Fabien Vallée, ont reçu le soutien du Rassemblement national (RN) provoquant la colère du centriste Patrick Septiers.

De tous les départements franciliens, la Seine-et-Marne est celui où le Rassemblement national (RN) a le plus progressé ces dernières années.

Lors des dernières élections départementales de 2015, le parti de Marine Le Pen était même arrivé en tête des suffrages et s’était maintenu au second tour dans 19 cantons sur 23. Alors que de nombreux adhérents des Républicains (LR) refusent toute alliance avec La République en marche (LaRem), certains sont tentés par un rapprochement avec l’extrême-droite.

Dans le canton de la Ferté-sous-Jouarre, la digue entre LR et RN est en passe de se fissurer. Martine Bullot et Fabien Vallée ont, en effet, décidé d’accepter le soutien du parti frontiste face aux candidats de la majorité départementale, Ugo Pezzeta (Agir) – maire de la Ferté-sous-Jouarre – et Cindy Moussi-Le Guillou (LR) – maire-adjointe de Lizy-sur-Ourcq. Une situation qui a fait sortir hors de ses gonds le président du conseil départemental. « Suite au soutien apporté par le RN à Martine Bullot, vice-présidente LR du conseil départemental, j’ai décidé de lui retirer ses délégations », écrivait, le 31 mai, Patrick Septiers (UDI) sur son compte Twitter.

Insoluble ?

En Seine-et-Marne comme ailleurs, les Républicains se divisent entre une alliance de circonstance avec le parti d’Emmanuel Macron ou la tentation d’un rapprochement plus à droite. Ancien secrétaire de circonscription de l’UMP, Dominique Lioret a, lui, franchi le Rubicond et porte à présent l’étiquette RN dans le canton de Montereau-Fault-Yonne.

Le dilemme pourrait vite devenir inextricable pour le parti présidé par le Provinois, Christian Jacob. Ce week-end, il a apporté, après bien des tergiversations, son soutien à Renaud Muselier (LR) qui a choisi de s’allier à La République en marche lors des élections régionales en Provence-Alpes-Côte d’Azur (Paca) alors que la liste du Rassemblement national mené par Thierry Mariani (ex-LR) vire en tête dans les sondages.

Intenable ?

Quoi qu’il en soit, à l’issue des élections, la majorité départementale qui compte dans ses rangs des conseillers Agir, le parti de Franck Riester allié du Président de la République, pourrait imploser si les Républicains ne tiennent pas une ligne claire et refusent toutes formes de « Macron-compatibilité ».

D’autant que d’après Le Journal du dimanche de ce week-end, Patrick Septiers serait « lâché par les Républicains qui verraient bien le député LR Jean-François Parigi, candidat à Meaux, lui succéder… » 

Crédit photos: Ricochet64- Shutterstock.

Vous souhaitez vous exprimer sur un sujet ?

Comment devenir contributeur

Sur le même sujet